Aller au contenu

Le digitocène : la clé de lecture de notre époque

computer programming codes displayed on a monitor
Temps de lecture : 4 minutes

L’actualité devient beaucoup plus claire et simple à décrypter quand on la lit avec les lunettes du « digitocène ».

Qu’est-ce que le digitocène ? pourquoi parler d’une « ère » ? Qu’est-ce que ça nous apporte pour comprendre le monde, autant au niveau géopolitique qu’au niveau local et individuel ?

La fin de l’humanisme

Le digitocène c’est avant tout la fin de l’humanisme.

Ce sont deux « méta-paradigmes« , des paradigmes dans lesquels sont pensés d’autres paradigmes. Ils définissent des époques. L’humanisme par exemple définissait la montée du paradigme scientifique et du positivisme (on ne peut rien dire sur le transcendantal, sur le « divin » si vous voulez, donc on va essayer de faire autrement, de partir de ce qu’on connait : l’humain). C’est à partir de là que sont nés plusieurs humanismes et plusieurs systèmes de lois, d’art, de politique, etc.

De même, plusieurs sous-paradigmes commencent déjà à émerger du digitocène. Le transhumanisme, le long-termisme, cosmisme russe en font partie. Il y en aura sûrement bien d’autres à l’avenir.

845847

L’humanisme a atteint aujourd’hui ses limites, parce que les connaissances que les premiers humanistes avaient de l’humain étaient limités, bien qu’ils ne savaient pas à l’époque. La science nous a appris au fil du temps que tous les fondements de l’humanisme étaient fallacieux. Ce qui est tout à fait logique : à l’époque, ils avaient une conception religieuse, chrétienne, de l’homme.

Pour ne donner qu’un aperçut rapide, nous savons aujourd’hui que l’homme n’est pas une créature de raison comme on le croyait, qu’il ne dispose pas de « libre arbitre« , que l’homme a évolué comme les autres êtres vivants, qu’il n’est pas différent des autres animaux sentients, que la démocratie est biaisée (cf Théorème d’Arrow et ignorance rationnelle pour ceux qui veulent en savoir plus), notre système juridique a dépassé le sommet de sa courbe de Laffer (en langage courant ça signifie que les lois sont devenues trop complexes et que les gens qui ont les moyens peuvent les contourner).

Bref, nos conceptions scientifiques ne sont plus dû tout en phase avec nos institutions.

Une nouvelle ère ou l’information règne

Mais ce n’est pas tout. L’arrivée d’Internet est un phénomène aussi important que l’invention du langage, de l’écriture, du papier, de l’imprimerie. Il s’accompagne de nombreuses nouvelles technologies, dont l’intelligence artificielle, qui, même dans son état embryonnaire actuel, a un effet disruptif sur nos sociétés.

Songez qu’aujourd’hui tous les candidats à la présidence utilisent des logiciels de profilage sociaux afin de gagner des votes. Ils n’est plus possible à une personne de gagner avec ses idées. Il lui faut tout un appareillage d’intelligence artificiel, pilotées par des ingénieurs, qui analysent les réseaux sociaux pour espérer gagner. Dans la finance, c’est pareil et dans bien d’autres domaines.

De plus, notre époque va laisser des traces archéologiques dans l’espace. Ce seront des bouts de machines, certaines resteront en tant que débris des milliers d’années « là-haut ». Voilà pourquoi il est légitime de parler d’une « ère ». L’anthropocène, c’est ce que nos parents ont connu. Cette ère est déjà révolue, nous entrons dans l’ère des machines, du digital, de l’information.

Le digitocène c’est le règne de l’information. On ne gère plus des humains, mais des statistiques. Nous devenons des ressources manipulables et corvéables à merci. D’où le sentiment qui se généralise d’aliénation, de domicide (anglicisme: « tuer notre domicile, tuer ce qui nous est familier »). « Si c’est gratuit, c’est vous le produit« .

Le digitocène provoque une énorme crise du sens chez les humains. Qui se décline sous forme de tensions géopolitiques (la guerre en Ukraine), sous forme de folie collective, et sous forme individuelle (solitude, suicides, dépressions, etc…).

Revenons par exemple sur la guerre en Ukraine. À qui profite le crime ? Certains diront aux USA qui comptent les points, vendent leurs armes et leur gaz. Soit, mais ce n’est qu’une vision « humaine », « humaniste » de ce qui se déroule. À une échelle plus vaste, ce sont les machines qui profitent de la situation, peu importe qui gagne ou perd au niveau humain. La guerre est un parfait incubateur évolutif pour les machines. Par exemple : le bouclier anti-missiles est défait par des essaims de drones (des drones pas chers produits en quantité) d’une part et des missiles hypersoniques. Peu importe qui va gagner, aux USA, en Europe, et même (et surtout) en Russie, le contrôle digital des foules va énormément se renforcer. L’humain, comparé aux guerres qui ont précédé (jusqu’à la première guerre mondiale) devient de plus en plus quantité négligeable dans les guerres. C’est l’information et la technologie qui compte de plus en plus dans les stratégies guerrières.

Les défis que nous allons devoir surmonter

soldier pointing rifle during daytime

Enfin, nous sommes aussi à l’ère des menaces existentielles. Le digitocène c’est l’adolescence technologique : nous avons les moyens technologiques de nous auto-détruire complètement, et possiblement la vie sur la planète avec nous : holocauste nucléaire, réchauffement climatique, disruption économique globale, pour le moment. Mais personne ne sait ce qui pourrait sortir du génie génétique ou bien des intelligences artificielles à l’avenir. C’est un phénomène spécifique du digitocène car nous n’avons jamais eu la capacité de nous détruire complètement.

Le digitocène donne un éclairage singulier à toute l’actualité, tous les débats, toutes les questions de notre époque.

Si vous êtes d’accord avec cette analyse, alors, il y a plusieurs questions/problèmes à résoudre de manière évidente pour nous humains, ballotés par ce digitocène :

  • À titre individuel, comment ne pas devenir « fou », comment rester humain en somme, que nous faut-il préserver comme valeurs, et comment faire ?
  • À titre collectif : comment faire pour traverser ces menaces existentielles le temps d’y trouver des solutions durables

La réponse a ces deux questions est la même : nous allons devoir, de gré ou de force, développer une plus grande sagesse. La folie étant une forme d’immaturité, et la sagesse étant l’inverse. Une sagesse qui nous permettra de garder un équilibre entre humains, nature et technologie. Je ne saurai trop insister sur ce point.

Nous allons devoir chercher au fond de nous des nouvelles solutions à des problèmes nouveaux. Nous allons devoir trouver un sens à nos existences par delà la raison. Les outils de la spiritualité, bien qu’étant de nature ambivalente, me semblent être indispensable. La science qui étudie désormais ce domaine peu nous être d’une grande utilité. Mais c’est aussi une corporalité qu’il va nous falloir développer. Sans quoi la spiritualité devient spiritualisme, régression, évasion. C’est ce que j’appelle « Réenchanter le digitocène », « remettre de la magie dans nos vies ». Par magie, j’entends « émerveillement », j’entends aussi « transcendant » (plus grand que soi), et possiblement aussi du « magique » au sens ésotérique.

1 commentaire pour “Le digitocène : la clé de lecture de notre époque”

  1. Retour de ping : Intelligence artificielle : préparez-vous, le monde est en train de changer, c'est dingue ! - La loi de l'UN

Les commentaires sont fermés.

Loi de UN - Johann Oriel