Aller au contenu

L’essor de la surveillance bionumérique

cxtccjuo2hm
Temps de lecture : 5 minutes

Par Aaron Kheriaty – Traduction : Source.

Cet article tombe bien. Il explique comment le consentent au partage des données biométiques (avec une entreprise) va donner des avantages à ses utilisateurs. Du moins au début puisqu’à terme, tout le monde aura le même avantage. La logique s’étend aux données non biométriques.
C’est Google qui a ouvert la boîte de pandore avec le modèle commercial de son moteur de recherche. Plutôt que de faire payer le service rendu comme cela se faisait traditionnellement, ils ont donné au monde un moteur de recherche ultra-puissant et gratuit. En échange, nos données de recherches étaient revendues à des régies publicitaires.
Bien qu’à l’époque je n’aie pas parlé des cryptos monnaies et du big data, c’est ce que j’expliquais en conclusion de mon livre « La face cachée du Web » : nous allions créer un démiurge numérique qui pourrait bien se retourner contre nous. Eh bien 10 ans plus tard, nous en avons bel et bien pris la voie. Ce n’est que le début du digitocène.

Récemment, alors que je m’apprêtais à passer la sécurité de l’aéroport, une vendeuse m’a interceptée en me demandant si je souhaitais éviter la file de sécurité. Intrigué, je l’ai invitée à m’en dire plus. Elle m’a conduit au kiosque électronique CLEAR et m’a expliqué le fonctionnement du produit. Pour seulement 180 $ par an, je pouvais éviter les longues files d’attente dans les aéroports, les événements sportifs et autres grands rassemblements. Le site Web de la société explique : « Au lieu d’utiliser des documents d’identité traditionnels, CLEAR utilise vos yeux et votre visage pour confirmer qu’il s’agit bien de vous. Le système CLEAR utilise non seulement un scan de l’iris et une reconnaissance faciale, mais d’autres données biométriques comme les empreintes digitales, liées aux données démographiques que vous transmettez volontairement, et un lien vers votre score de crédit (lisez les petits caractères sur la case à cocher de consentement). CLEAR dispose également d’un Health Pass qui stocke les preuves de vaccination, les tests Covid négatifs et les enquêtes de santé.

CLEAR n’est pas la seule entreprise travaillant à l’intersection de l’authentification biométrique et numérique. Des projets d’identification numérique sont en préparation depuis plusieurs années, mais ils ont gagné du terrain pendant la pandémie. ID2020 est une alliance à but non lucratif fondée en 2016 avec des fonds de démarrage de Microsoft, Accenture, PricewaterhouseCoopers, la Fondation Rockefeller, Cisco et Gavi (une alliance vaccinale fondée par la Fondation Gates). La mission déclarée d’ID2020 est de fournir des identités numériques à toutes les personnes dans le monde d’ici 2030. Les identifications numériques seront liées aux empreintes digitales et à d’autres données biométriques telles que les scans de l’iris, les informations démographiques, les dossiers médicaux, les données sur l’éducation, les voyages, les transactions financières et les comptes bancaires. .

Près de deux ans avant Covid, ID2020 a publié un article intitulé « L’immunisation : un point d’entrée vers l’identité digitale ». Il a fait valoir que « la vaccination offre une énorme opportunité de faire évoluer l’identité numérique ». L’article met en avant de lourdes inefficacités avec les dossiers de vaccination papier et décrit comment les problèmes de santé dans les pays en développement pourraient être exploités comme prétexte pour mettre en œuvre des identifications numériques. L’année précédente, Seth Berkeley, PDG de Gavi, avait publié un article dans Nature avançant le même argument : pour atteindre des taux de vaccination de 100 % dans les pays sous-développés, nous avons besoin d’identifications numériques. Gavi a promu le même message lors des rassemblements du Forum économique mondial à Davos.

L’article d’ID2020 a tenté de définir les avantages de ce système comme suit : « Étant donné que la vaccination est effectuée pendant la petite enfance, fournir aux enfants une carte de santé numérique pour enfants leur donnerait une identité numérique unique et portable tôt dans la vie. » Il poursuit en expliquant que « à mesure que les enfants grandissent, leur carte de santé numérique pour enfants peut être utilisée pour accéder à des services secondaires, tels que l’école primaire, ou faciliter le processus d’obtention d’autres références. En effet, la carte de santé de l’enfant devient la première étape dans l’établissement d’une identité légale et largement reconnue.

Cela peut sembler sensé à première vue. Mais considérez : si une famille pauvre n’accepte pas les interventions préférées de l’ONG de santé pour ses enfants, ces enfants peuvent ne pas avoir d’autre possibilité d’établir une « identité légale largement reconnue » nécessaire pour accéder à des choses comme l’école primaire. En d’autres termes, vous n’êtes littéralement personne tant que vous n’êtes pas vacciné.

Juste avant l’éclatement de la pandémie, en septembre 2019, ID2020 s’est associé à Gavi et a commencé à mettre ce plan en action. Utilisant les vaccins comme levier, il a lancé un programme d’identité numérique basé sur la biométrie pour les nouveau-nés au Bangladesh. Le gouvernement du pays a adopté l’initiative. Lorsque la pandémie a commencé, ID2020 a immédiatement pivoté pour intégrer l’identification numérique dans les tests Covid et d’autres mesures pandémiques.

Le système d’identification biométrique de l’Inde, Aadhaar, est le plus grand de la planète, avec 1,3 milliard d’identifications numériques émises, couvrant 92 % de la population. Il exige que les citoyens indiens soumettent leur photographie, leur scan de l’iris et leurs empreintes digitales pour bénéficier des services sociaux, des avantages sociaux, des indemnisations, des bourses, des droits légaux et des programmes de nutrition. Selon un article du Financial Times , « les médias indiens ont rapporté plusieurs cas de personnes sans carte mortes de faim parce qu’elles ne pouvaient pas accéder aux prestations auxquelles elles avaient droit ». Comme le note l’auteur, certains critiques affirment que le système indien Aadhaar « a largement échoué à tenir sa promesse initiale d’améliorer le bien-être et agit désormais comme un outil d’exclusion sociale et d’influence des entreprises ».

« Nous conditionnons les enfants à accepter la vérification biométrique. »

L’utilisation de la biométrie pour les transactions quotidiennes routinise ces technologies. Nous conditionnons les enfants à accepter la vérification biométrique comme une évidence. Les identifications faciales sont désormais utilisées dans plusieurs districts scolaires pour accélérer le mouvement des élèves à travers les files d’attente pour les repas scolaires. Jusqu’à récemment, les données biométriques telles que les empreintes digitales n’étaient utilisées qu’à des fins de haute sécurité, par exemple lors de l’inculpation d’un crime ou lors de la légalisation d’un document important. Aujourd’hui, la vérification biométrique de routine pour les activités répétitives, des téléphones portables aux files d’attente pour le déjeuner, habitue les jeunes à l’idée que leur corps est un outil utilisé dans les transactions . Nous instrumentalisons le corps de manière subtile mais puissante.

Ceux qui ont des intérêts économiques à créer des marchés pour leurs produits – qu’il s’agisse de vaccins, de produits de surveillance numérique ou de données récoltées – continueront à déployer les carottes et les bâtons de l’accès aux soins médicaux et à d’autres services pour promouvoir les identifications numériques dans les pays sous-développés. Dans les pays développés, ils utiliseront initialement une approche de gant de velours de coups de pouce, vendant des identifiants numériques comme des mesures de commodité et de gain de temps qui seront difficiles à refuser pour beaucoup, comme sauter les longues lignes de sécurité de la Transportation Security Administration dans les aéroports. Les risques pour la vie privée, y compris la possibilité d’une surveillance constante et de la collecte de données, passeront à l’arrière-plan lorsque vous êtes sur le point de manquer votre vol si vous ne pouvez pas passer en tête de file.

Mais comme le souligne Nick Corbishley, auteur d’un livre récent sur les identifiants numériques, les décisions prises sur le moment peuvent avoir des conséquences négatives à long terme : « Si les données biométriques sont piratées, il n’y a aucun moyen de réparer les dégâts. Vous ne pouvez pas changer ou annuler votre iris, votre empreinte digitale ou votre ADN comme vous pouvez changer un mot de passe ou annuler votre carte de crédit. À moins que nous refusions collectivement de participer à cette nouvelle expérience sociale, les identifiants numériques – liés à des données démographiques, financières, de localisation, de mouvement et biométriques privées – deviendront des mécanismes de collecte de données en masse et de suivi des populations du monde entier. Bienvenue dans le nouvel anormal .

Loi de UN - Johann Oriel