Aller au contenu

Les 7 niveaux de la sagesse

Photography of Book Page
Temps de lecture : 3 minutes

Par trois méthodes, nous pouvons apprendre la sagesse : premièrement, par la réflexion, qui est la plus noble ; Deuxièmement, par imitation, ce qui est plus facile ; et troisièmement par l’expérience, qui est la plus amère.

Confucius

Si on veut bien définir la sagesse comme une échelle épistémique, alors, posons quelques bases : un gramme de pratique vaut mieux qu’une tonne de théorie, ou dit autrement, le savoir ne vaut que par ce qu’il permet de faire. Il y a donc en vrac le savoir-faire, le faire faire (ce qu’on sait faire faire aux autres), le savoir (sous-entendu théorique), le non-savoir (l’ignorance donc), le non-faire (l’impuissance), le croire-savoir, le savoir-savoir, etc.

  1. Disons qu’au départ, il n’y a ni savoir, ni faire. Le faire vient avant le savoir, car il faut expérimenter pour connaître, il faut faire pour connaître, c’est le stade instinctif, animal, on « fait sans savoir » ou disons qu’on fait comme nos ancêtres ont fait pour être plus précis, mais eux même ont appris « de rien ». C’est l’innocence. (ceinture blanche)
  2. Mais avant d’en arriver au savoir déduit de l’expérience, le savoir-faire, il y a le croire-savoir, qui, mélangé avec le non-faire pourrait être une bonne définition de l’enfer. On croit qu’on comprend les choses, mais on n’agit pas, on n’en fait rien (parce qu’en réalité on ne sait pas vraiment), ce qui peut rendre fou, ou du moins très en colère, amère. C’est pire que le non-savoir. C’est l’ignorance. (ceinture jaune)
  3. Le savoir-faire, c’est le stade « de base ». Tous ceux qui ont un métier savent faire certaines choses plus ou moins utiles à eux-mêmes et à la société. Mais, on ne sait pas ce qu’on ne sait pas. Souvent, on n’est pas très loin du croire-savoir parce qu’on a tendance à vouloir appliquer ce qu’on sait-faire aux domaines qu’on ne connaît pas, et donc, à être ignorant, ignorant de son ignorance. C’est l’apprenti. (ceinture bleue ou rouge)
  4. Puis, il y a le savoir-savoir. À ce niveau, on sait ce qu’on sait, ce qu’on sait faire, et aussi, ce qu’on ne sait pas. Fréquemment, on mesure qu’on ne sait pas plus beaucoup plus de choses que ce qu’on sait. C’est l’humilité. (ceinture noire)
  5. Ensuite, on peut apprendre aux autres à faire-faire, c’est un stade préliminaire au « faire-savoir », c’est-à-dire, non seulement on sait, mais on sait transmettre ce savoir. Il y a 2 manières de faire, on peut le faire en donnant du savoir-faire, ou du savoir-savoir. Dans le premier cas, il est facile de manipuler les gens (qui croient savoir), dans le 2ème cas, on leur explique aussi les limites (ce qui évite les possibilités de manipulation). L’école est dans le premier cas, l’université (en principe, pas toujours, ça se perd) dans le second. C’est l’enseignant. (ceinture noire)
  6. Ce faisant, on apprend à apprendre en général, c’est-à-dire, comment on « fait » (fabrique) du « savoir » (connaissance). Quand on a compris comment on sait pour de vrai, c’est-à-dire : on sait, on sait faire avec, on sait ce qu’on ne sait pas, et on sait transmettre, et on sait créer le savoir à partir du besoin si nécessaire. C’est la sagesse. (ceinture blanche à nouveau). Ou la pré-sagesse.
  7. La sagesse, ce serait de savoir qu’on ne sait rien, et qu’il faut réapprendre en permanence, être comme un enfant, curieux de tout. On peut apprendre d’une fleur, d’un chien, aussi bien que d’un « maître » en ceci ou cela et de savoir ce qui guide ce processus (c’est un mystère).

Conclusion : comment juger la sagesse de quelqu’un ? simplement à sa capacité de mise en pratique et de transmission de ses connaissances. On pourrait dire qu’on est d’autant plus sage qu’on a besoin de peu de connaissance pour un maximum d’effets (ce qui signifie que la sagesse est simplement de la néguentropie)

Loi de UN - Johann Oriel