Aller au contenu

Éveils spirituels spontanés : phénoménologie, états modifiés, différences individuelles et bien-être

Temps de lecture : 66 minutes

NdT : Traduction d’une publication scientifique (source) sur les éveils spirituels spontanés. Sont ici étudiés la manière dont ils sont perçus, la phénoménologie (ce que les gens vivent en leur for intérieur), comment ils se comparent à des états de conscience modifiés induits par la drogue (les états d’éveil sont décrits comme plus puissants encore que les plus puissantes drogues). Notez les standards scientifiques : toutes les sources sont données, les limites de l’étude sont discutées, les méthodes utilisées sont expliquées. Bien sûr, il y a du jargon. Notez aussi que des techniques d’induction d’états modifiés de conscience sans drogue sont mentionnés (le caisson d’isolation sensorielle, la respiration holotrophique, et même la contemplation de la nature etc…). Ces expériences semblent donc être bien plus répandues qu’on ne le pense. Cette étude essaye aussi de comparer les éveils spontanés avec les éveils de kundalini, qui semblent avoir des symptômes plus “physiques” (c’est lié au chi à mon avis). Elles sont perçues positivement dans leur immense majorité. Il y aurait un type de personnalité qui y sont plus sujettes, les “rêveurs” (le mot utilisé est “trait d’absorption”). Notez aussi que (Steve) Taylor est souvent mentionné dans les sources, c’est un chercheur qui a eu un éveil spirituel vers l’age de 16 ans et qui étudie ce domaine.

Jessica Sophie Corneille1 * et David Luc1,2

  • 1 Centre pour la santé mentale, École des sciences humaines, Université de Greenwich, Londres, Royaume-Uni
  • 2 Centre de recherche psychédélique, Département des sciences du cerveau, Faculté de médecine, Imperial College London, Londres, Royaume-Uni

Les éveils spirituels spontanés (SSA – Spontaneous Spiritual Awakeing – NdT) sont des expériences subjectives caractérisées par un sentiment soudain de contact direct, d’union ou de fusion non duelle complète (expérience d’unité) avec une réalité ultime perçue, l’univers, « Dieu » ou le divin. Ces expériences transformatrices profondes ont à peine fait l’objet de recherches, malgré de nombreuses preuves anecdotiques suggérant leur potentiel à catalyser des changements drastiques, à long terme et souvent positifs dans la perception, la vision du monde et le bien-être. Les objectifs de cette étude étaient d’étudier les variances phénoménologiques de ces expériences, y compris les différences potentielles entre les SSA et les éveils spontanés de la Kundalini (SKA – Spontaneous Kundalini Awekening – NdT), un sous-ensemble d’expériences d’éveil dont les auteurs postulent qu’ils peuvent produire une probabilité plus élevée d’effets physiques et négatifs ; explorer comment ces expériences se comparent à d’autres états modifiés de conscience (ASC – ALtered States of Consciouness – NdT), y compris ceux médiés par certaines substances psychédéliques ; et comprendre leur impact sur le bien-être. Le trait de personnalité d’absorption (la capacité à être absorbé par son imagerie mentale – NdT) et la labilité du lobe temporal (TLL – Temporal Lobe Lability – NdT) ont été évaluées comme prédicteurs des éveils spirituels spontanés et de la Kundalini (SSA/SKA). Une enquête d’auto-évaluation mixte intra- et inter-participants a été adoptée. Un total de 152 participants déclarant leurs SSA/SKA les plus puissants ont rempli des questionnaires mesurant l’expérience non duelle, kundalini et mystique, ainsi que la profondeur de l’ASC, les traits absorption et le TLL. Les éveils spontanés de Kundalini se sont avérés significativement plus physiques, mais pas significativement plus négatifs que les SSA, et dans l’ensemble, les deux ensembles d’expériences ont été perçus comme étant extrêmement plus positifs que négatifs, même dans les cas où l’expérience était initialement difficile. La distribution phénoménologique des SSA / SKA était similaire à celle des autres ASC mesurés, bien que plus grande en ampleur, et semblait la plus similaire en distribution et en ampleur aux ASC induites par la drogue, en particulier les psychédéliques classiques DMT et la psilocybine. Il a été constaté que la labilité du lobe temporal et le trait d’absorption prédisaient l’expérience SSA/SKA. Les limites et les implications de ces résultats sont discutées.

Introduction

L’éveil spirituel est un terme donné pour décrire une expérience subjective dans laquelle l’ego d’un individu transcende son sens ordinaire et fini de soi pour englober un sens plus large et infini de la vérité ou de la réalité. Ces expériences noétiques profondément incarnées sont souvent perçues comme une connexion directe, une communion ou une fusion non duelle avec une conscience illimitée et universelle, le divin ou « Dieu » dans l’unité perçue ( James, 1902/1985 ; Feuerstein, 1989 ; McClintock et al. , 2016). Les expériences d’éveil spirituel, qu’elles soient graduelles ou soudaines, provoquées intentionnellement ou spontanées, évoquent généralement un sentiment ineffable de connaissance intérieure profonde, de compréhension, de « souvenir » ou de « dévoilement » de sa vraie nature, ainsi que des expériences de paix et d’équanimité, de bonheur, extase et vivacité, sentiments d’émerveillement, de sacralité, de gratitude et de révérence, et d’amour abondant et inconditionnel ( James, 1902/1985 ; Stace, 1960 ; Pahnke et Richards, 1966 ; Hood, 1975 ; Lukoff et al., 1995 ; Griffiths et al., 2006 , 2008 , 2011 ; Taylor, 2012 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017). Ces expériences profondes peuvent également déclencher un sentiment de transcendance du temps et de l’espace, ainsi qu’une augmentation de la sensibilité physique et mentale aux stimuli internes et externes, y compris la sensibilité à la couleur, à la lumière, au toucher, aux sons et aux odeurs ( Hood, 1975 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ; Woollacott et al., 2020 ). Dans certains cas, ils peuvent être accompagnés de fortes sensations physiques, comme cela semble être plus typique dans ce que l’on appelle généralement les réveils de kundalini, y compris, mais sans s’y limiter : les sensations de chaleur ou d’énergie qui montent ou « montent » dans le corps, généralement dans et autour de la colonne vertébrale ; éclats de picotements, de chatouillements, de picotements dans le corps, en particulier autour de la couronne de la tête, du front et de l’espace cardiaque ; sensations électriques dans les extrémités du corps; lumière perçue émanant du corps, en particulier de la tête et du cœur ; sensations orgasmiques; perturbations du système digestif; et les mouvements involontaires spontanés, y compris les tremblements ou secousses, les asanas (postures yogiques) et les mudras (postures des mains) ( Ring et Rosing, 1990 ; Greyson, 1993 ; Greenwell, 2002 ; Taylor, 2013 , 2015 ;Woollacott et al., 2020 ). Parfois, ces sensibilités sensorielles peuvent s’étendre à des expériences de type paranormal, les personnes signalant des synchronicités accrues, des visions de nature archétypale ou symbolique, des expériences télépathiques, ressentant des présences spirituelles, entendant des sons ou des voix non produits de l’extérieur et voyant des choses qui ne sont pas matériellement présentes. ( Greyson, 1993 , 2000 ; Thalbourne et Fox, 1999 ; Sovatsky, 2009 ; Taylor, 2015 ; Grof, 2019 ).

Les expériences appelées éveils de la kundalini ont été mises en évidence pour la première fois dans les écritures tantriques et yogiques des cinquième et sixième siècles après JC, à savoir le Yogavasishtha, le Yoga Kundalini Upanishad et le Hatha Yoga Pradipika ( Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ). Ces expériences étaient considérées comme de puissants catalyseurs pour éveiller le potentiel latent par l’unification des polarités de l’esprit (dualité perçue) en une unité (non-dualité perçue). Vu à travers le prisme de ces traditions et des lignées qui ont suivi, l’énergie de la kundalini sommeille, enroulée à la base de la colonne vertébrale jusqu’à ce qu’elle soit déplacée ou éveillée. Au fur et à mesure qu’elle se déroule, l’énergie remonte le naadi central (canaux d’énergie subtils) adjacent à la colonne vertébrale : à savoir ida (canal gauche) et pingala (canal droit), à travers shushumna (canal central), perçant chaque chakra (point d’énergie) lorsqu’il atteint sahasrara (la couronne de la tête). La fixation de cette énergie au sommet de la tête provoquerait des expériences d’extase spirituelle, ou d’illumination ( Taylor, 2013 , 2015 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ; Woollacott et al., 2020 ). Alors que les deux termes sont interchangeables et se chevauchent clairement, les éveils de la kundalini sont généralement associés à des symptômes physiques et énergétiques plus importants que les éveils spirituels généraux ( Sanches et Daniels, 2008 ;De Castro, 2015 ; Lockley, 2019 ).

Les textes traditionnels des lignées du tantra et du yoga, tels que le Paratrisika Vivarana et le Yoga Kundalini Upanishad , traitent de la réalisation des éveils spirituels et de la kundalini à travers les asanas (mouvements yogiques), les mudras (postures des mains), le pranayama (respiration et rétention du souffle), les bandhas ( verrous du corps), et la manipulation de l’ ojas (énergie de la libido) par l’acte de brahmacarya (célibat ou chasteté) ( Mallinson, 2011 ; Sovatsky, 2014 ; Parker, 2018). Alors que des études récentes confirment le pouvoir des pratiques contemplatives spirituelles telles que le yoga, la méditation et la pleine conscience comme catalyseurs d’états d’éveil graduels et soudains ( De Castro, 2015 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ), ceux-ci peuvent également se produire pendant les rapports sexuels ( Wade , 2001 , 2004 ), expériences de mort imminente ( Rivas et al., 2016 ), contact avec la nature ( Terhaar, 2009 ; Taylor, 2012 ), à la suite d’un déséquilibre homéostatique (p. activité) ( Parry et al., 2007 ; Murphy et White, 2011), et par l’utilisation de substances psychotropes, en particulier de psychédéliques classiques ( Johnson et al., 2019 ) comme la psilocybine, le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD) et la N,N- diméthyltryptamine (DMT) ( Griffiths et al., 2006 , 2008 , 2011 ; MacLean et al., 2011 ; Lyvers et Meester, 2012 ), bien qu’ils semblent émerger le plus souvent après des périodes de troubles psychologiques prolongés ou de traumatismes, y compris la perte, le deuil et l’addiction ( Miller et C’de Baca , 2001 ; Taylor, 2012 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017). Cependant, alors que des conditions, des facteurs et/ou des déclencheurs spécifiques peuvent anticiper ces expériences, celles-ci peuvent également se produire sans aucun déclencheur apparent, bien que cela semble être moins fréquent ( Miller et C’de Baca, 2001 ; Taylor, 2012 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ). Les expériences d’éveil ne semblent donc pas médiatisées par le contexte spirituel ou religieux du sujet ( Perry, 1974 ; Lukoff, 1985 ; Taylor, 2012), comme l’illustrent les réponses de 1 509 participants américains à une enquête Gallup de 2002, à laquelle un pourcentage stupéfiant de 41 % – projetant sur 80 millions d’adultes américains – s’est pleinement identifié à la déclaration “J’ai eu une expérience ou un éveil religieux profond qui changé la direction de ma vie », dont 25 % ont déclaré n’avoir aucune préférence religieuse ( Gallup, 2003 ). Cette réponse peut également suggérer que des expériences mystiques profondes telles que des éveils spirituels et la kundalini pourraient se produire plus fréquemment au sein de la population générale qu’on ne le pense généralement ( Lukoff, 1985 ).

Des études suggèrent que la durée maximale des éveils spirituels et de la kundalini est généralement courte, allant de quelques minutes à plusieurs heures, avec des traces persistantes pendant une période plus longue ( Marshall, 2005 ). Cependant, la nature même de l’une de ses principales caractéristiques, la transcendance du temps et de l’espace, peut rendre difficile pour les participants de se rappeler la durée exacte du pic de leurs expériences. Qu’ils soient longs ou de courte durée, ces changements psychologiques intenses de la conscience entraînent souvent des changements durables, voire permanents, dans la perception que le sujet a de lui-même et du monde qui l’entoure ( Neumann et Campbell, 1964 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ), souvent à partir d’une expérience de fragmentation du but et du sens de la vie, à un engagement amoureux avec la vie (Dunnington, 2011 ). Ces expériences sont donc considérées comme profondément curatives. Certains des changements cognitifs et comportementaux liés à ces expériences comprennent : une empathie, une compassion, une gratitude, une ouverture, une confiance, un altruisme, une curiosité, une conscience, une créativité, une authenticité, une intégrité, un sens et un sens plus élevés dans la vie, un sentiment de vertu mission ou service désintéressé envers l’humanité, un sentiment de renaissance et de libération des attitudes et des croyances passées, un sentiment de dévotion aux valeurs basées sur l’amour et un rejet de la « religiosité » et des modes de vie matérialistes ( Cook, 2004 ; McClintock et al., 2016 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ; McGee, 2020). Ces changements profonds peuvent entraîner des changements radicaux dans les opinions religieuses et philosophiques, les relations et les cheminements de carrière ( Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ).

La spiritualité peut agir comme un tampon contre le stress et améliore la capacité à faire face aux effets dépressifs des événements stressants ( Kendler et al., 1997 ), favorisant la positivité, l’équanimité, l’optimisme, la paix et la résilience ( Grodzicki et Galanter, 2006 ; Brown et al., 2013 ). Il n’est donc peut-être pas surprenant que les éveils spirituels et de la kundalini soient associés à une multitude de résultats thérapeutiques positifs durables, tels qu’une diminution du risque de suicide chez les individus suicidaires à la suite de leur expérience ( Horton, 1973 ). Les expériences mystiques occasionnées par la psilocybine ont été liées à des améliorations durables de la dépression résistante au traitement ( Carhart-Harris et al., 2016), et une réduction significative de l’anxiété, du désespoir et de la peur de la mort chez les patients atteints d’un cancer potentiellement mortel ( Griffiths et al., 2016 ; Ross et al., 2016 ). Les expériences mystiques occasionnées par la psilocybine et les éveils spirituels ou kundalini atteints sans consommation de drogues ont été associés à des effets positifs persistants dans le traitement de la dépendance à l’alcool et au tabac résistante aux traitements ( Green et al., 1998 ; Galanter et al., 2007 ; Strobbe et al., 2013 ; Garcia-Romeu et al., 2014 ), avec plusieurs études indiquant une multiplication par 3 à 4 de l’abstinence d’addictions suite à l’éveil spirituel ( Green et al., 1998 ; Kaskutas et al., 2003; Galanter et al., 2013 ). La base même du programme des Alcooliques anonymes réside dans l’accomplissement spirituel, ou l’éveil ( Khouzam et Kissmeyer, 1997 ; Galanter, 2008 ; Strobbe et al., 2013 ) – même Jung a proposé que l’éveil spirituel puisse permettre la guérison de la dépendance ( Allamani et al. , 2013 ). De plus, ces expériences peuvent conduire à un intérêt accru pour les modes de vie spirituels associés à une identité positive améliorée, à une adaptation positive, à la résolution de problèmes et à l’intégrité ( Taylor, 2012 , Woollacott et al., 2020 ), qui à leur tour ont été liés à une diminution des tendances psychopathologiques ( McClintock et al., 2016 ).

Dans certains cas, les éveils spirituels et de la kundalini déclenchent des effets sensoriels, affectifs, cognitifs et physiques difficiles à court ou à long terme ( Neumann et Campbell, 1964 ; Grof et Grof, 2017 ; Woollacott et al., 2020 ) tels que, mais sans s’y limiter à : panique, pensées et comportements désorganisés, mouvements involontaires persistants du corps, sensations inconfortables de chaleur et de brûlure dans le corps, problèmes digestifs et expériences extrasensorielles difficiles ( Greyson, 1993 ; Taylor, 2015 ; Grof et Grof, 2017 ; Woollacott et al., 2020 )—de plus, ces expériences ont été liées à une meilleure performance dans les tâches psi impliquant la précognition (Tempête et Goretzki, 2020 ). Des expériences d’éveil pénibles, également connues sous le nom d’ urgences ou de crises spirituelles, peuvent survenir en conséquence directe de l’expérience initiale, lorsqu’un individu se sent dépassé, confus ou mis au défi par les changements de perception drastiques qui ont tendance à émerger de ces expériences, et par leur nature énergétique potentiellement puissante. Des urgences spirituelles peuvent également survenir pendant la période d’intégration suivant une expérience d’éveil ( Grof et Grof, 2017 ), car le sujet se retrouve dépouillé de toutes les croyances et concepts de vie préexistants sans cadre approprié pour interpréter sa nouvelle compréhension, et souvent sans un système de soutien approprié vers lequel ils peuvent se tourner ( Lukoff et Everest, 1985). De ce fait, on suppose que les urgences spirituelles peuvent survenir plus fréquemment en cas d’éveil soudain ou spontané ( St Arnaud et Cormier, 2017 ), et en dehors d’un contexte religieux ou spirituel ( Taylor, 2013 ). Aussi heureuse qu’elle soit au départ, l’expérience d’un changement psychologique profond catalysé par des éveils spirituels ou dela kundalini peut provoquer une détresse conduisant à une urgence spirituelle, que les psychiatres sont susceptibles de diagnostiquer comme une expérience psychotique aiguë révélatrice d’une psychopathologie ( Menezes et Moreira-Almeida, 2010 ; Grof et Grof, 2017 ).

Des parallèles ont été établis entre les éveils spirituels et de la kundalini et les psychopathologies telles que le trouble bipolaire et la schizophrénie ( Lukoff, 1985 ; Oxman et al., 1988 ; Johnson et Friedman, 2008 ) tant par des psychiatres ( Menezes et Moreira-Almeida, 2010 ) que des psychologues transpersonnels. ( Lukoff, 1985 ; Lukoff et al., 1998 ; Grof et Grof, 2017 ), bien que des tentatives aient été faites pour séparer les deux ensembles d’expériences. Des études récentes observant les différences et les similitudes entre l’urgence spirituelle [en utilisant l’échelle d’urgence spirituelle (SES – Spiritual Emergency Scale – NdT) ; Goretzki et al., 2009 , 2014], et la psychose, ont constaté que l’urgence spirituelle s’écartait considérablement de la psychose dans l’alogie ( Bronn et McIlwain, 2015 ; Storm et Goretzki, 2021 ), et dans la dépression, l’anxiété et le stress ( Bronn et McIlwain, 2015 ). Ainsi, alors que les chevauchements sont considérables, les éveils spirituels et de la kundalini (y compris les urgences spirituelles) sont généralement compris comme n’étant pas révélateurs d’une psychopathologie, même s’ils peuvent parfois être psychologiquement difficiles ( Goretzki et al., 2009 , 2014 ; Bronn et McIlwain, 2015 ; St Arnaud et Cormier, 2017 ). Une approche multiculturelle pour comprendre les expériences spirituelles et leurs effets a donné lieu à la catégorie de diagnostic des problèmes religieux ou spirituels ( American Psychiatric Association, 1994 , 2013 ) dans la quatrième édition du Manuel diagnostique et statistique (DSM-4). Alors que les éveils spirituels et de la kundalini ne sont plus considérés comme psychopathologiques par défaut ( Johnson et Friedman, 2008 ; Menezes et Moreira-Almeida, 2010 ), le diagnostic précis des expériences relevant de la catégorie problème religieux ou spirituel reste difficile, en partie parce que l’on en sait encore trop peu sur les expériences spirituelles et sur la manière dont elles interagissent, s’imbriquent ou se chevauchent avec la psychopathologie, et en partie en raison d’un manque de cliniciens informés spirituellement qui ont un parti pris pour la pathologisation des expériences anormales extrêmes ( Menezes et Moreira-Almeida, 2010 ; Parnas et Henriksen, 2016 ). En conséquence, le modèle psychiatrique conventionnel est encore extrêmement susceptible d’interpréter les expériences spirituelles potentiellement curatives comme rien de plus qu’une simple psychopathologie ( St Arnaud et Cormier, 2017). Cette incompréhension de la part des cliniciens reste problématique tant pour les patients subissant des états psychotiques à caractère mystique (qui peuvent être révélateurs d’une psychopathologie), que pour les patients subissant des éveils spirituels ou de la kundalini non pathologiques, mais potentiellement angoissants (qui peuvent être révélateurs d’un trouble ou d’urgence spirituelle) ( Lukoff, 1985 ). Un traitement inapproprié de l’un ou l’autre groupe peut entraîner des dommages ( Johnson et Friedman, 2008 ; Grof et Grof, 2017 ), et peut déclencher des symptômes négatifs dans des expériences d’éveil perçues positivement, ou intensifier les symptômes négatifs d’urgence spirituelle ( Turner et al., 1995 Whitney , 1998). L’une ou l’autre circonstance est susceptible de laisser l’individu dans un état de traumatisme ( Bragdon, 2006 ).

Des expériences spirituelles ont été liées à l’épilepsie du lobe temporal (TLE) ( Naito et Matsui, 1988 ; Hansen et Brodtkorb, 2003 ; Özkara et al., 2004 ; Giovagnoli et al., 2006 ; Devinsky et Lai, 2008 ), avec des individus éprouvant des auras de nature spirituelle, comme l’ autoscopie (l’expérience de se voir sous la forme de son double, ou à travers la lentille d’une expérience hors du corps) ( Devinsky et al., 1989 ), la clairvoyance et la télépathie ( Özkara et al., 2004 ), du déjà vu ( Guedj et al., 2010 ), des hallucinations visuelles et auditives à caractère religieux ou archétypal/symbolique et la répétition de phrases religieuses (Hansen and Brodtkorb, 2003), pendant les crises (ictalement) (Kanemoto, 1994; Ogata and Miyakawa, 1998), et après les crises (postictalement)(Geschwind et al., 1980; Roberts and Guberman, 1989). Certaines des caractéristiques communes des éveils spirituels et de la kundalini ont également été rapportées par les expérimentateurs sur le TLE, y compris de fortes sensations d’une présence ou d’une énergie cosmique, divine ou «semblable à Dieu», et un sentiment d’être connecté à l’infini (l’unité) ( Zohar et Marshall, 2000 ; Hyde, 2004 ; Dolgoff-Kaspar et al., 2011 ). Les symptômes ressemblant à des crises partielles caractéristiques du TLE, à savoir la labilité du lobe temporal (TLL), ont donc été utilisés comme mesure prédictive des états de conscience altérés induits par les médicaments et non médicamenteux (ASC). Des études récentes ont indiqué les liens entre la TLL et les expériences mystiques occasionnées par les ASC médicamenteuses et non médicamenteuses ( Luke et al., 2018 , 2019 ). Les liens potentiels entre TLL et les éveils spirituels et kundalini méritent donc une exploration plus approfondie.

Le trait de personnalité d’absorption mesure la profondeur à laquelle l’implication attentionnelle et expérientielle d’une personne se produit par rapport à des stimuli internes ou externes sans effort ni contrôle ( Tellegen et Atkinson, 1974 ), et a été utilisée pour mesurer la propension aux ASC ( Hunt, 2000 ; Luhrmann, 2017 ; Lifshitz et al., 2019 ). Il s’est avéré être un bon prédicteur des états altérés produits par les substances psychédéliques ( Haijen et al., 2018 ) telles que la psilocybine ( Studerus et al., 2012 ; Studerus, 2013 ), le LSD ( Carhart-Harris et al., 2015 ; Terhune et al., 2016 ), MDMA ( Hastings, 2006 ), ayahuasca (Bresnick et Levin, 2006 ) et l’ingrédient actif de l’ayahuasca, le DMT ( Timmermann et al., 2018 ). C’est aussi un bon prédicteur d’expériences mystiques et quasi-mystiques produites de manière endogène dans des contextes tels que la chambre noire anéchoïque ( Luke et al., 2018 ), le réservoir de privation perceptuelle du corps entier (WBPD; Glicksohn et Ben-Soussan, 2020 ) , et lors de la visualisation guidée du « voyage chamanique » ( Rock, 2009 ). Traditionnellement, le trait a été associé à la « propension au fantasme », à l’hypnotisabilité, à la capacité d’imagerie, à l’ouverture aux expériences ( McCrae et Costa, 1983 ; Pekala et al., 1985 ; Roche et McConkey, 1990 ; Glisky et al., 1991), des altérations de l’image corporelle, de la perception de l’espace-temps et de la signification ( Pekala et al., 1985 ; Kumar et Pekala, 1988 ), une sensibilité émotionnelle et un traitement cérébral émotionnel plus élevés ( McCrae et Costa, 1983 ; Benning et al., 2015 ) , une empathie plus forte ( Wickramasekera et Szlyk, 2003 ; Wickramasekera, 2007 ), des états de Flow plus forts ( Marty-Dugas et Smilek, 2019 ), une curiosité intellectuelle ( McCrae et Costa, 1983 ), une créativité et un engagement plus prononcés dans les arts ( Wild et al ., 1995 ; Manmiller et al., 2005 ), des réponses émotionnelles positives à la musique ( Rhodes et al., 1988), des expériences de synesthésie plus prononcées ( Rader et Tellegen, 1987 ; Glicksohn et al., 1999 ; Chun et Hupé, 2016 ), et un attachement à la nature et aux autres formes de vie ( Kaplan, 1995 ; Brown et Katcher, 1997 ), par rapport à la population générale. Le trait d’absorption a également été associé à des expériences de dissociation ( Carleton et al., 2010 ), des hallucinations ( Glicksohn et Barrett, 2003 ; Glicksohn, 2004 ; Perona-Garcelán et al., 2013 , 2016 ) et des croyances ou expériences paranormales. ( Glicksohn, 1990 , 2004 ;Spanos et al., 1993 ; Glicksohn et Barrett, 2003 ; French et al., 2008 ; Parra, 2008 ; Zingrone et al., 2009 ; Luhrmann et al., 2010 , 2021 ; Gray et Gallo, 2016 ; Parra et Gimenez Amarilla, 2016 ), comme entendre des voix ou ressentir des présences spirituelles ( Granqvist et al., 2005 ; Luhrmann et al., 2010 , 2021 ), et des sentiments de dépassement de soi ( Cardeña et Terhune, 2014 ). L’absorption est associée à la porosité, le degré auquel on identifie le monde extérieur et ses événements comme perméables au monde intérieur (Luhrmann et al., 2021 ); et la transliminalité, la tendance subconsciente du matériel interne ou externe à « franchir le seuil de la conscience » ( Lange et al., 2000 ; Houran et al., 2003 ). Des états d’absorption plus profonds peuvent être cultivés par le biais de rituels, y compris des comportements répétitifs communs tels que le chant ou le tambour, la méditation ( Bronkhorst, 2016 ), la prière ( Luhrmann et al., 2010 ) et la perturbation de l’équilibre homéostatique, notamment par l’ingestion de certains substances psychotropes ( Bronkhorst, 2016 ).

Des études portant sur la phénoménologie des expériences mystiques produites par certaines drogues telles que les composés psychédéliques puissants psilocybine et DMT, leur potentiel thérapeutique et leurs impacts à long terme sur le bien-être (par exemple, Carhart-Harris et al., 2012a , b , 2016 ; Garcia -Romeu et al., 2014 ; Griffiths et al., 2016 ; Ross et al., 2016 ; Noorani et al., 2018), suggèrent des similitudes étroites avec les éveils spirituels et de la kundalini se produisant spontanément, cependant, peu de recherches ont été menées sur ces derniers. De plus, les comparaisons entre les distributions phénoménologiques de divers ASC mesurés induits par la drogue et non induits par la drogue ont révélé de fortes similitudes phénoménologiques entre les deux ensembles d’ASC, ainsi que des prédicteurs similaires des expériences ( Luke et al., 2019 ), y compris la TLL et le trait d’absorption , suggérant la possibilité que certaines de ces mêmes mesures soient appliquées pour étudier les éveils spirituels et de la kundalini.

La recherche psychologique sur les éveils spirituels et de la kundalini en est encore à ses balbutiements et a eu tendance à ne pas se concentrer sur les expériences de nature soudaine et spontanée. Des études portant sur l’impact d’expériences mystiques similaires à des éveils spirituels et kundalini, sur le bien-être, ont reconnu les effets principalement positifs et curatifs de ces expériences, mais ont également reconnu certains des aspects les plus difficiles apportés à la fois par leur nature perturbatrice et par leurs interprétations cliniques généralement biaisées. Les différences phénoménologiques subtiles entre les éveils spirituels et les éveils de la kundalini ont rarement été explorées, malgré un plus grand nombre d’études portant sur la forte nature physique des éveils de la kundalini, par rapport aux éveils spirituels. L’utilisation interchangeable de ces termes pourrait être problématique dans l’interprétation de ces expériences et de leurs résultats, d’autant plus que des expériences physiques plus fortes peuvent équivaloir à des résultats plus difficiles. La recherche neuroscientifique et psychologique a exploré certains des fondements phénoménologiques et neurobiologiques des ASC médicamenteux et non médicamenteux, et a exploré les liens entre les caractéristiques spirituelles des ASC et les symptômes du TLE et du trait dabsorption. Cependant, les éveils spirituels et de la kundalini spontanés (SSA/SKA) n’ont pas encore été cartographiés dans le cadre de l’ASC, et les prédicteurs typiques utilisés pour étudier les ASC (TLL et absorption) n’ont pas encore été analysés comme des prédicteurs efficaces des SSA/SKA.

Cet article visera à combler certaines des lacunes de la littérature en explorant les caractéristiques générales des SSA/SKA, leurs implications sur le bien-être, comment ils se comparent à d’autres ASC mesurés, leurs relations avec le TLL et l’absorption, et les différences phénoménologiques potentielles entre eux. Étant donné l’importance des récits anecdotiques d’expériences physiques et énergétiques précédant des expériences difficiles de kundalini, les auteurs émettent l’hypothèse non seulement que les éveils spontanés de la kundalini (SKA) sont plus physiques que les éveils spirituels spontanés (SSA), mais qu’ils sont également plus susceptibles de produire des expériences négatives. Les éveils spirituels et de la kundalini spontanés seront ensuite cartographiés dans le cadre de l’ASC en comparant leur distribution phénoménologique dans un contexte d’ASC non médicamenteuses et induites par la drogue. Une analyse sera ensuite effectuée pour tester l’hypothèse selon laquelle la TLL et le trait d’absorption prédisent l’intensité de l’ASC SSA/SKA, en suivant un protocole similaire pour l’étude des ASC induites. Une analyse plus approfondie sera menée pour comprendre comment la distribution de la population de l’échantillon SSA/SKA se compare à la distribution des échantillons « normaux » publiés pour la TLL et l’absorption. Les impacts à court et à long terme sur le bien-être de ces expériences seront explorés.

Méthodologie

Concevoir

Une conception d’enquête quantitative, mixte intra- et inter-participants a été adoptée. Il y avait quatre variables de résultat : l’intensité des expériences SSA/SKA, mesurée avec l’inventaire thématique de l’incarnation non duelle (NETI), l’échelle d’éveil de la Kundalini (KAS) et le questionnaire sur l’expérience mystique en 30 items (MEQ30) ; et la profondeur de l’ASC, mesurée avec l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 11 dimensions (11D-ASC). Il y avait deux variables prédictives : TLL, mesurée avec l’Iowa Interview for Partial Seizure-like Symptoms (IIPSS) ; et le trait d’absorption, mesurée avec l’échelle d’absorption modifiée de Tellegen (MODTAS). L’analyse statistique a été effectuée à l’aide d’IBM SPSS Statistics.

Intervenants

Les participants ont été recrutés pour participer à l’enquête via les réseaux sociaux. L’expérience a été décrite comme suit : « Avez-vous déjà eu une expérience forte d’une nature spirituelle profonde dans laquelle vous vous êtes senti soudainement et involontairement en contact, ou en communion avec quelque chose qui est considéré comme une réalité ultime, ‘Dieu’, ou le divin ? Avez-vous déjà ressenti que votre ego transcendait soudainement une identité personnelle ordinaire dans l’espace et le temps, et que vous deveniez « un » avec l’univers ? » Tous les participants étaient âgés de plus de 18 ans et devaient avoir vécu SSA/SKA au moins une fois dans leur vie. Les participants ayant subi une SSA/SKA sous l’influence de drogues psychoactives ont été exclus. La participation était volontaire.

Un total de 153 répondants ont répondu à l’enquête, mais un a été exclu car leur expérience était influencée par la consommation de substances psychédéliques, de sorte que seules les données de 152 participants ont été analysées. Parmi ceux-ci, 55,3 % se sont identifiés comme des femmes, 42,8 % comme des hommes, 1,3 % comme non binaires et 0,7 % comme autres. Les âges variaient de 18 à 69 ans ( N = 144, M = 41,09 ans, ET= 11,60 ans). L’appartenance ethnique déclarée était de 74,3% de blancs, 11,8% de groupes ethniques mixtes / multiples, 9,2% d’Asiatiques ou de Britanniques asiatiques, 0,7 Britanniques noirs / africains / caribéens et 3,9% d’autres. Les croyances religieuses/spirituelles déclarées par les participants étaient de 63,2 % spirituelles mais non religieuses, 5,3 % chrétiennes, 5,3 % hindoues, 2,6 % agnostiques, 2 % bouddhistes, 2 % musulmanes, 1,3 % athées, 0,7 % juives et 17,8 % autres. dont 2% identifié comme omniste. Soixante-treize pour cent des participants ont déclaré avoir vécu plus d’un SSA et/ou SKA dans leur vie, contre 27 % n’en ayant vécu qu’une seule fois.

Considérations éthiques

Une approbation éthique complète a été accordée à l’étude par le comité d’éthique de la recherche départementale de l’Université de Greenwich, qui était conforme à la fois aux directives de la British Psychological Society (BPS) et aux normes GDPR. L’étude ne devait pas impliquer de risques évidents pour la santé physique ou mentale et des lignes d’assistance téléphonique ont été fournies dans cet événement peu probable. Les participants ont été pleinement informés avant de donner leur consentement et débriefés lors de la soumission. Les participants ont été informés qu’ils pouvaient omettre de répondre à toute question à laquelle ils n’auraient pas souhaité répondre et qu’ils étaient libres de se retirer de l’étude à tout moment. Les participants ont également été informés de leur droit de retirer leurs données de l’étude à tout moment jusqu’au traitement des données. Les participants ont été informés que les données seraient conservées sur un ordinateur sécurisé par un mot de passe,

Les mesures

L’inventaire thématique de l’incarnation non duelle

L’inventaire thématique de l’incarnation non duelle (NETI ; Butlein, 2005 ) est une échelle unitaire de 20 items, développée pour mesurer les qualités de l’éveil spirituel et des expériences non duelles. La notation est sur une échelle de type Likert en 5 points, de 1 (jamais) à 5 (tout le temps). Les items 4, 8, 14 et 16 ont été inversés. Les scores totaux vont de 20 à 100. L’alpha de Cronbach pour l’échelle est de 0,91, indiquant une cohérence interne élevée puisque α > 0,70, le seuil accepté pour une cohérence interne élevée comme indiqué par Mills et al. (2018) . L’alpha de Cronbach indique une bonne cohérence interne sur l’ensemble de l’échelle pour l’échantillon SSA/SKA ( N = 152), puisque α = 0,87, conformément aux chiffres publiés précédemment. La validité de construit a également été observée ( Mills et al., 2018).

L’échelle d’éveil de la Kundalini

L’échelle d’éveil de la kundalini (KAS ; Sanches et Daniels, 2008 ) est une échelle de 76 items, développée pour mesurer les effets des expériences d’éveil de la kundalini. La mesure est composée de cinq sous-échelles : changements (15 items) ; positionnements involontaires (3 items) ; symptômes physiques (20 items); expériences négatives (12 items); et des expériences positives (9 items). La notation se fait sur une échelle de type Likert en 7 points, de 1 (fortement en désaccord) à 7 (fortement d’accord). Les scores totaux vont de 76 à 532. L’alpha de Cronbach rapporté pour l’ensemble de l’échelle est de 0,98, ce qui indique une cohérence interne élevée ( Sanches et Daniels, 2008 ). Les scores alpha de Cronbach indiquent une bonne cohérence interne à travers toutes les sous-échelles pour l’échantillon SSA/SKA ( N= 152) (changements : α = 0,86 ; positionnements involontaires : α = 0,80 ; symptômes physiques : α = 0,92 ; symptômes négatifs : α = 0,86 ; symptômes positifs : α = 0,80), en ligne avec les chiffres précédemment publiés. Les chiffres ne sont pas disponibles pour la validité de construit.

Le questionnaire d’expérience mystique en 30 points

Le questionnaire sur l’expérience mystique en 30 items (MEQ30 ; MacLean et al., 2012 ) est une échelle de 30 items, développée pour mesurer l’intensité des expériences mystiques. La mesure est composée de quatre sous-échelles : mystique (15 items) ; humeur positive (6 éléments); transcendance du temps et de l’espace (6 items) ; ineffabilité (3 items). La notation est sur une échelle de type Likert en 6 points, de 0 (aucun) à 5 (extrême). Les scores totaux vont de 0 à 150, avec un seuil indiquant « l’expérience mystique complète » lorsque les scores totaux sur chacune des quatre sous-échelles sont ≥ 60 %. Une cohérence interne élevée est signalée pour l’ensemble de l’échelle (α = 0,93) et les sous-échelles (α = 0,93 ; α = 0,83 ; α = 0,81 ; α = 0,80, respectivement) ( MacLean et al., 2012 ). Les scores alpha de Cronbach indiquent une cohérence interne plus élevée dans toutes les sous-échelles pour l’échantillon SSA/SKA (N = 152) (mystique : α = 0,94 ; humeur positive : α = 0,86 ; transcendance du temps et de l’espace : α = 0,88 ; ineffabilité : α = 0,85), en ligne avec les chiffres précédemment publiés. La mesure a été validée pour les expériences induites par les psychédéliques et la validité de construit a également été observée ( MacLean et al., 2012 ).

L’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience en 11 dimensions

L’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 11 dimensions (11D-ASC ; Studerus et al., 2010 ) est une échelle de 42 items, développée à partir de l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 94 éléments (5D-ASC) ( Dittrich, 1998) pour mesurer l’intensité des ASC. La mesure est composée de 11 sous-échelles : expérience de l’unité (5 items) ; expérience spirituelle (3 items); état bienheureux (3 éléments); perspicacité (3 items); désincarnation (3 items) ; troubles du contrôle et de la cognition (7 éléments); anxiété (6 items); imagerie complexe (3 items) ; imagerie élémentaire (3 items) ; synesthésie audiovisuelle (3 items) ; modification du sens des percepts (3 items). L’échelle d’évaluation continue va de 0 (non, pas plus que d’habitude) à 10 (oui, beaucoup plus que d’habitude), et les scores des items de l’échantillon SSA/SKA ont été standardisés de 0 à 100 (pourcentage), donnant des scores totaux allant de 0 à 4 200. Une cohérence interne élevée peut être observée dans chaque sous-échelle (α = 0,88 ; α = 0,77 ; α = 0,82 ; α = 0,73 ; α = 0,82 ; α = 0,85 ; α = 0,89 ; α = 0,80 ; α = 0,84 ; α = 0,91 ; α = 0,79, respectivement) (Studerus et al., 2010 ). L’alpha de Cronbach indique de bons scores de cohérence interne dans la plupart des sous-échelles de l’échantillon SSA/SKA ( N = 152), à l’exception de trois sous-échelles, qui ont montré une cohérence interne légèrement inférieure aux chiffres publiés précédemment [expérience de l’unité : α = 0,89 ; expérience spirituelle : α = 0,57 (3 items : α < 0,70) ; état bienheureux : α = 0,86 ; perspicacité : α = 0,66 (3 items : α < 0,70) ; désincarnation : α = 0,84 ; troubles du contrôle et de la cognition : α = 0,82 ; anxiété : α = 0,87 ; imagerie complexe : α = 0,55 (3 items : α < 0,70) ; imagerie élémentaire : α = 0,88 ; synesthésie audiovisuelle : α = 0,87 ; changement de sens des percepts : α = 0,76]. Les chiffres ne sont pas disponibles pour la validité de construit.

L’échelle d’absorption modifiée de Tellegen

L’échelle d’absorption modifiée de Tellegen (MODTAS ; Jamieson, 2005 ) est une échelle de 34 items, élaborée à partir de l’échelle d’absorption de Tellegen (TAS) ( Tellegen et Atkinson, 1974 ) pour mesurer les états d’absorption, la tendance à avoir son attention absorbée par une tâche ou un stimulus. Il a été démontré que cette mesure prédit la profondeur des états de conscience non ordinaires. La mesure est composée de cinq sous-échelles : synesthésie (4 items) ; ASC (4 éléments) ; implication esthétique dans la nature (5 items) ; engagement imaginatif (9 items); ESP (3 éléments). La notation se fait sur une échelle de type Likert en 5 points, de 0 (jamais) à 4 (très souvent). Les scores totaux vont de 0 à 136. Des études récentes indiquent une bonne cohérence interne [ p .Andrei et al., 2016 )]. Les scores alpha de Cronbach indiquent une bonne cohérence interne dans toutes les sous-échelles pour l’échantillon SSA/SKA ( N = 152) [synesthésie : α = 0,83 ; ASC : α = 0,69 (4 items : α < 0,70) ; implication esthétique dans la nature : α = 0,78 ; implication imaginative : α = 0,81 ; ESP : α = 0,77]. Les chiffres ne sont pas disponibles pour la validité de construit.

L’interview de l’Iowa pour les symptômes de type crise partielle

L’Iowa Interview for Partial Seizure-Like Symptoms (IIPSS; Roberts, 1999 ) est une échelle de 40 items, développée pour mesurer différents symptômes cognitifs, affectifs et sensoriels qui peuvent être indicatifs de troubles épileptiformes du lobe temporal. L’échelle a été utilisée pour aider à identifier les symptômes de type crise partielle, caractéristiques du TLE. La mesure est composée de quatre sous-échelles : sensorielle ; cognitif; affectif; nocturne, mais a été utilisée comme échelle unitaire pour les besoins de cette étude. La notation est sur une échelle de type Likert en 7 points, de 0 (jamais, ou pas dans l’année écoulée) à 6 (plus d’une fois par jour), outre l’item 31, qui est une question dichotomique oui/non, et est donc noté 0 ou 6. Les scores totaux vont de 0 à 240. Aucun chiffre publié n’est disponible pour la cohérence interne ou la validité conceptuelle.

Des questions supplémentaires ont été posées pour comprendre si les expériences SSA/SKA étaient considérées comme principalement positives ou négatives à court et à long terme.

Procédure

L’enquête a été diffusée sur les médias sociaux (par exemple, Facebook), où les participants ont été recrutés et dirigés vers un lien d’enquête. Toutes les données ont été collectées à l’aide du logiciel d’enquête Qualtrics. Après avoir donné leur consentement, les participants ont été invités à participer à l’enquête, qui a duré environ 45 minutes. Par souci de cohérence et pour mesurer l’expérience d’éveil la plus puissante, les participants ont été invités à se rappeler et à se concentrer sur leur SSA ou SKA le plus puissant pour le reste de l’enquête, même s’ils avaient vécu plusieurs SSA et/ou SKA au cours de leurs vies. Les participants ont été invités à indiquer leur choix d’un SSA ou d’un SKA en fonction de leur interprétation subjective. L’item, positionné dans la première partie de l’enquête (section démographie), disait : « Pour la suite de l’enquête, veuillez ne considérer que votre SSA ou SKA le plus puissant, si vous en avez expérimenté plus d’un. Veuillez préciser comment vous classeriez l’expérience à laquelle vous ferez référence » (comme SSA ou SKA). À la fin, les participants ont été débriefés.

Résultats

De tous les participants, 60,5 % ont choisi de rappeler leur SSA le plus puissant et 39,5 % ont choisi de rappeler leur SKA le plus puissant. L’âge d’apparition des SSA/SKA les plus puissants des participants variait de « 10 ans ou moins » à 67 ans ( N = 148, M = 32,78 ans, SD = 10,60 ans). De tous les participants, 21,1 % ont répondu que le pic de leur expérience a duré quelques minutes, 10,5 % des heures, 7,9 % des jours, 9,2 % des semaines, 14,5 % des mois, 7,9 % des années et 28,9 % ont répondu que le pic de leur expérience était toujours en cours.

Répondant à la question à choix multiples : “Compte tenu de votre SSA ou SKA le plus puissant, pensez-vous qu’il y avait des facteurs significatifs qui vous ont amené à vivre cette expérience ?”, 52 % ont signalé des troubles psychologiques/traumatismes (par exemple, stress, dépression, perte, deuil , combat, addiction), 47,4 % pratique de la méditation, 31,6 % littérature spirituelle, 21,7 % contact avec la nature, 21,7 % usage antérieur de psychédéliques ou d’enthéogènes, 18,4 % pratique du yoga, 13,2 % expérience de mort imminente, 11,8 % respiration (par exemple, Wim méthode Hof, respiration holotropique, pranayama), 11,2 % d’intimité sexuelle sacrée, 9,9 % de jeûne, 9,2 % d’aucun déclencheur perceptible dont ils étaient conscients, 9,2 % de blessure physique, 8,6 % de rêve lucide, 8,6 % de privation de sommeil, 7,9 % d’activité sportive, et 39,9 % « autres » facteurs.

Pour les activités pratiquées régulièrement avant le début du SSA/SKA le plus puissant des participants, le contact avec la nature était l’activité la plus rapportée (68,4 %) et le Kundalini Yoga était l’activité la moins rapportée (11,2 %). Pour les activités pratiquées régulièrement après le SSA/SKA le plus puissant des participants, la méditation était l’activité la plus signalée (79,6 %) et « autre yoga » était l’activité la moins signalée (21,1 %) ( tableau 1 ). Une augmentation moyenne a été observée dans toutes les activités post-SSA/SKA, à l’exception de l’utilisation de psychédéliques et d’enthéogènes, où une légère diminution a été observée ( tableau 1 ).

fpsyg 12 720579 t001
Tableau 1 . A rapporté des activités pratiquées régulièrement avant et après le SSA/SKA le plus puissant des participants.

De tous les participants, 83,6 % ont déclaré que « pratiquer ces activités après le début de leur SSA/SKA le plus puissant » les a aidés à gérer l’expérience, 6,6 % ont déclaré qu’ils n’ont pas affecté la gestion de leur expérience, 2,6 % ont déclaré qu’ils ont aggravé leur situation. expérience, 6,6 % ont déclaré que la question ne s’appliquait pas et 0,7 % ont choisi de ne pas divulguer leur réponse.

Scores SSA/SKA IIPSS par rapport à la population « normale » publiée

Éveil spirituel spontané et éveil de la Kundalini Les scores IIPSS mesurant les symptômes du TLL ( N = 148) ont été comparés aux scores de la population « normale » publiée ( N = 115) ( Roberts, 1999 ). La figure 1 montre l’histogramme des deux distributions de scores, qui révèle que les scores moyens de l’échantillon SSA/SKA étaient plus élevés que ceux de la population « normale », les différences les plus importantes étant présentes dans la plage des scores élevés. Une proportion significativement importante de nos participants a obtenu un score très élevé (> 50), alors que très peu de personnes ont obtenu un score aussi élevé dans la population “normale” ( Figure 1 ), ce qui suggère des traits TLL plus prononcés chez nos participants [χ 2 (1) = 40,16, p< 0,001].

fpsyg 12 720579 g001
Figure 1 . Histogramme indiquant la distribution des scores de l’Iowa Interview for Partial Seizure-like Symptoms (IIPSS ; Roberts, 1999 ) pour la population “normale” précédemment publiée (Norms ; N = 115 ; Roberts, 1999 ) et pour les participants de cette étude (SSA/ SKA ; N = 148).

Scores SSA/SKA MODTAS par rapport à la population « normale » publiée

Éveil spirituel spontané et éveil de la Kundalini. Les scores moyens des sous-échelles MODTAS mesurant le trait d’absorption ( N = 152) ont été comparés aux scores moyens des sous-échelles de la population “normale” publiée ( N = 352) ( Jamieson, 2005 ). Les scores des deux groupes étaient distribués de manière relativement similaire, à l’exception de la sous-échelle ASC dans le groupe SSA/SKA, où le score moyen était plus du double de celui de la population « normale » (SSA/SKA : M = 2,54 ; Normes : M = 1,16) ( Figure 2). Les scores pour les items 8 “Je pense que je sais vraiment ce que certaines personnes veulent dire quand ils parlent d’expériences mystiques” et 9 “Je peux sortir de mon moi habituel et vivre un état d’être entièrement différent”, appartenant à la sous-échelle ASC, étaient plus que le double de ceux de la population « normale ».

fpsyg 12 720579 g002
Figure 2 . Diagramme à barres comparant les scores moyens des sous-échelles de l’échelle d’absorption modifiée de Tellegen (MODTAS ; Jamieson, 2005 ) pour la population “normale” publiée (Norms ; N = 352 ; Jamieson, 2005 ) et pour les participants de cette étude (SSA/SKA ; N = 152).

Les caractéristiques des expériences SSA/SKA

Résultats NETI

Quinze des 20 items ont obtenu un score supérieur à 3, indiquant un accord général avec leurs déclarations correspondantes. L’item le plus élevé était « Un intérêt à voir clairement la réalité ou la vérité sur moi-même, le monde et les autres, plutôt que de ressentir une certaine manière » ( M = 4,51, SD = 0,72), et l’item le moins bien noté était « A sentiment de peur ou d’anxiété qui inhibe mes actions » ( M = 2,26, SD = 1,06) ( Tableau 2 ). Les quatre items relatifs à l’expérience négative (4, 8, 14 et 16) ont obtenu les scores les plus bas (lorsque la notation inversée n’a pas été appliquée). Les scores moyens pour chaque élément sont rapportés dans le tableau 2 .

fpsyg 12 720579 t002
Tableau 2 . Scores moyens les plus élevés aux plus bas de l’inventaire thématique de l’incarnation non duelle en 20 items (NETI ; Butlein, 2005 ), relatifs aux caractéristiques phénoménologiques de SSA/SKA ( N = 152).

Scores KAS

La sous-échelle de notation la plus élevée était les changements ( M = 5,80, SD = 0,84), suivis des expériences positives ( M = 5,48, SD = 1,07), des symptômes physiques ( M = 4,20, SD = 1,30), des expériences négatives ( M = 4,11, SD = 1,32) et les positionnements involontaires ( M = 4,01, SD = 1,87). Les résultats pour les dix points les plus élevés et les dix points les plus bas sont rapportés dans les tableaux 3A, B , respectivement. Les résultats détaillés pour les 76 éléments sont fournis dans le matériel supplémentaire .

fpsyg 12 720579 t003
Tableau 3 . Top 10 (A) des éléments les plus élevés et (B) les moins bien notés de l’échelle d’éveil de la Kundalini à 76 éléments (KAS ; Sanches et Daniels, 2008 ).

Notes MEQ30

L’ineffabilité ( M = 4,29, SD = 0,95) s’est avérée être la sous-échelle la plus élevée, suivie de l’humeur positive ( M = 4,17, SD = 0,87), du mystique ( M = 4,10, SD = 0,94) et de la transcendance du temps et de l’espace. ( M = 3,44, ET = 1,23). Le score moyen d’un seul élément, « Perte de la conscience habituelle de l’endroit où vous étiez » (item 11), était inférieur à 3 ( M = 2,76, SD = 1,72), indiquant un désaccord général avec l’énoncé. Une ventilation complète des scores des éléments MEQ30 est répertoriée dans le matériel supplémentaire. Le nombre de participants ayant vécu une expérience mystique complète a ensuite été calculé en sélectionnant des moyennes de sous-échelle totales égales ou supérieures au score seuil de 3 (60%), le seuil pour une expérience mystique complète ( MacLean et al., 2012 ). De tous les participants, 63,2% répondaient aux critères d’une expérience mystique complète.

Implications des SSA/SKA sur le bien-être mental

Lorsqu’on a demandé aux participants s’ils estimaient que leur expérience avait été principalement positive ou négative à court terme , 90,8 % ont répondu que l’expérience était positive et 9,2 % ont répondu qu’elle était négative. Cependant, lorsqu’on a demandé aux participants s’ils estimaient que leur expérience avait été principalement positive ou négative à long terme , 98 % ont répondu que l’expérience était positive, et seulement 2 % ont répondu qu’elle était négative, ce qui implique que les SSA/SKA étaient plus susceptibles d’être perçus comme positifs à long terme, même après des expériences négatives à court terme, mais que les effets à court et à long terme étaient principalement positifs.

SSA contre SKA

Notre première hypothèse a été testée en comparant les expériences rapportées des SSA à celles des SKA en utilisant les échelles KAS, MEQ30 et 11D-ASC. Des tests t pour échantillons indépendants avec une correction de Bonferroni ont été effectués pour comparer les scores moyens des sous-échelles entre les groupes. Une différence statistiquement significative a été observée entre les groupes des sous-échelles KAS des positionnements involontaires [ t (150) = 4,21, p < 0,001, différence moyenne = 1,24] et des symptômes physiques [ t (150) = 4,50, p< 0,001, différence moyenne = 0,91]. Les éveils spontanés de la Kundalini ont obtenu des scores plus élevés pour les deux. Un niveau de signification de α = 0,05/5 = 0,01 a été utilisé. Aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les groupes dans les échelles MEQ30 et 11D-ASC.

Les réponses des participants à l’item du questionnaire « facteurs significatifs » ont été comparées entre les groupes SSA et SKA à l’aide d’un test d’indépendance du chi carré. Les résultats montrent une association statistiquement significative entre le groupe SKA et la pratique antérieure du yoga, χ 2 (1, N = 152) = 8,84, p = 0,003. Les résultats montrent également une association significative entre le groupe SSA et aucun déclencheur discernable χ 2 (1, N=152) = 4,10, p = 0,04.

Aucune différence significative n’a été trouvée entre les groupes SSA et SKA dans la durée de l’expérience.

États modifiés SSA/SKA vs États modifiés non médicamenteux

Les scores moyens variaient de 28,67 ( ET = 26,85) pour l’anxiété à 78,77 ( ET = 26,45) pour l’état de béatitude.

Les scores moyens des sous-échelles SSA/SKA 11D-ASC ont été comparés visuellement à ceux des états altérés non médicamenteux, en particulier aux états altérés produits dans une chambre noire anéchoïque, un réservoir de flottaison, grâce à la respiration holotropique ( Luke et al., 2019 ), et un environnement ganzfeld (bruit blanc classique) ( ​​Schmidt et Prein, 2019 ). Les éveils spirituels et de la kundalini spontanés semblent similaires dans leur distribution phénoménologique relative (mais pas en ampleur) par rapport à tous les états altérés non médicamenteux mesurés.

La figure 3 révèle des scores considérablement plus élevés dans les 11 dimensions pour les ASC SSA/SKA par rapport à tous les autres ASC non médicamenteux mesurés, à l’exception de l’imagerie simple ( M = 59,61, SD = 33,72) par rapport à l’ASC de la chambre noire ( M = 55,90) , et la désincarnation ( M = 52,17, SD = 34,33) par rapport au réservoir de flottaison ASC ( M = 48,80), où les scores observés ne sont pas significativement plus élevés. Cela suggère que si les SSA/SKA et les autres ASC mesurés non médicamenteux sont similaires dans leurs distributions phénoménologiques, les SSA/SKA rappelés étaient généralement considérablement plus forts que les autres inductions individuelles de ASC dans la plupart des dimensions.

fpsyg 12 720579 g003
Illustration 3 . Diagramme en radar comparant les scores moyens des sous-échelles de l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 11 dimensions (11D-ASC ; Studerus et al., 2010 ) pour les participants de cette étude (SSA/SKA ; N = 152) et pour les non-drogues états modifiés de conscience induits (ASC) produits par le réservoir de flottaison (flottation ; 60 min ; N = 27 ; Luke et al., 2019 ); Respiration Holotropique (Respiration; 60 min; N = 23; Luke et al., 2019 ); chambre noire anéchoïque (Darkroom ; 120 min ; N = 46 ; Luke et al., 2018 ) ; et environnement Ganzfeld (Ganzfeld ; 25 min ; N = 22 ; Schmidt et Prein, 2019 ).

États modifiés SSA/SKA vs États modifiés par la drogue

Les scores moyens des sous-échelles SSA/SKA 11D-ASC ont été comparés visuellement à ceux des ASC induites par les médicaments, en particulier : LSD 200 mcg ( N = 16) ( Schmid et al., 2015 ), MDMA 125 mg ( N = 16) ( Hysek et al., 2013 ), psilocybine 30 mg/70 kg ( N = 20) ( Carbonaro et al., 2018 ), dextrométhorphane 400 mg/70 kg ( N = 20) ( Carbonaro et al., 2018 ), DMT 40– 75 mg ( N = 35) ( Luke, 2019 ) et cannabis ( N = 111) ( Luke et al., 2019). Les similitudes observées entre les distributions phénoménologiques des SSA/SKA et de la psilocybine, et des SSA/SKA et du DMT ( Figure 4 ) sont particulièrement frappantes, bien que les scores moyens des sous-échelles SSA/SKA soient plus élevés que ceux de la psilocybine et du DMT en termes de changement de sens, d’expérience d’unité, de spiritualité. expérience, état de béatitude, perspicacité, anxiété et troubles cognitifs ; supérieur au DMT en synesthésie et en imagerie complexe ; et supérieur à la psilocybine dans l’imagerie simple.

fpsyg 12 720579 g004
Illustration 4 . Diagramme radar comparant les scores moyens des sous-échelles de l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 11 dimensions (11D-ASC ; Studerus et al., 2010 ) pour les participants de cette étude (SSA/SKA ; N = 152) états de conscience (ASC) produits par de fortes doses de psilocybine (Psilocybine ; 30 mg/70 kg ; N = 20 ; Carbonaro et al., 2018 ); et N,N- diméthyltryptamine à forte dose (DMT ; 40–75 mg ; N = 35 ; Luke, 2019 ).

Les éveils spirituels et de la kundalini spontanés ont été visuellement comparés aux expériences sous-mystiques DMT (40–75 mg ; N = 14 ; Luke, 2019 ) et aux expériences mystiques complètes DMT (40–75 mg ; N = 21 ; Luke, 2019 ) ( Figure 5 ). Les similitudes les plus fortes ont été observées entre les expériences mystiques complètes des SSA/SKA et du DMT, où les SSA/SKA ont obtenu des scores plus élevés en termes d’expérience spirituelle, d’état de béatitude, de perspicacité, d’altération de la cognition, d’anxiété, de synesthésie, d’imagerie complexe et de changement de sens ; et les expériences mystiques complètes DMT ont obtenu des scores plus élevés que les SSA / SKA dans l’imagerie simple, la désincarnation et l’expérience d’unité.

fpsyg 12 720579 g005
Illustration 5 . Graphique en radar comparant les scores moyens des sous-échelles de l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience à 11 dimensions (11D-ASC ; Studerus et al., 2010 ) pour les participants de cette étude (SSA/SKA ; N = 152) ; expérience mystique complète de N,N- diméthyltryptamine à haute dose (DMT full-mystical; 40–75 mg; N = 21; Luke, 2019 ); et expérience sous-mystique à forte dose de N,N- diméthyltryptamine (DMT sous-mystique ; 40–75 mg ; N = 14 ; Luke, 2019 ), telle que définie par le questionnaire sur l’expérience mystique en 30 items (MEQ30 ; MacLean et al., 2012 ).

Bien qu’il soit important de considérer que les SSA/SKA rapportés sont liés à l’expérience la plus puissante des participants, les résultats suggèrent que le phénomène SSA/SKA est plus proche en termes de distribution et d’ampleur que les ASC produits par de fortes doses de drogues psychédéliques puissantes, en particulier celles capables d’induire des effets mystiques. expériences telles que la psilocybine et la DMT, qu’à tout autre ASC médicamenteux mesuré et non médicamenteux.

Trait d’absorption et TLL en tant que prédicteurs de l’intensité SSA/SKA

Notre deuxième hypothèse a été testée en effectuant une régression linéaire multiple entre les deux variables indépendantes : le trait d’absorption et le TLL, mesurés respectivement avec MODTAS et IIPSS, et chacune des quatre variables dépendantes, qui présentent différentes manières de quantifier l’intensité de SSA/SKA : expérience non duelle, mesurée avec NETI ; éveil de la kundalini, mesuré avec KAS ; expérience mystique, mesurée avec MEQ30 ; et état de conscience altéré, mesuré avec le 11D-ASC.

Toutes les hypothèses de régression linéaire, y compris les hypothèses de normalité, ont été suffisamment respectées. Puisqu’il y avait quatre modèles de régression avec deux prédicteurs chacun, une correction de comparaisons multiples de Bonferroni a été appliquée pour ajuster α = 0,05/4 = 0,01.

Une association statistiquement significative entre MODTAS et IIPSS, et les scores NETI a été observée : F (2, 141) = 9,67, p < 0,001, R 2 = 0,12. IIPSS ( B = −0,19, p < 0,001) et MODTAS ( B = 0,29, p < 0,001) ont contribué de manière significative à la prédiction. Les coefficients de régression standardisés étaient de -0,33 pour l’IIPSS et de 0,39 pour le MODTAS, ce qui suggère que le MODTAS pourrait être un meilleur prédicteur de NETI que l’IIPSS. Cependant, les deux IV ne suffisent pas à expliquer la variance de la variable dépendante, comme le montre la faible valeur de R 2 .

L’association entre les scores MODTAS et IIPSS et KAS s’est également avérée statistiquement significative : F (2, 141) = 35,74, p < 0,001, R 2 = 0,34. Les deux VI ont ajouté de manière significative à la prédiction : B = 0,23, p = 0,006 pour l’IIPSS et B = 0,56, p < 0,001 pour MODTAS. Les coefficients de régression standardisés étaient de 0,23 et 0,42 pour l’IIPSS et le MODTAS, respectivement, ce qui suggère que le MODTAS pourrait être un meilleur prédicteur du KAS que l’IIPSS.

L’échelle d’absorption de Tellegen modifiée et l’IIPSS ont prédit de manière significative les scores MEQ30 : [ F (2, 143) = 23,88, p < 0,001, R 2 = 0,25]. L’échelle d’absorption de Tellegen modifiée était un prédicteur significatif ( B = 0,66, p <0,001), mais l’IIPSS ne l’était pas ( B = −0,07, p = 0,40). Les coefficients de régression standardisés étaient de -0,07 et 0,54 pour IIPSS et MODTAS, respectivement.

L’échelle d’absorption de Tellegen modifiée et l’IIPSS ont prédit de manière significative les scores 11D-ASC : F (2, 143) = 34,91, p < 0,001, R 2 = 0,33. L’échelle d’absorption de Tellegen modifiée était un prédicteur significatif ( B = 1,12, p < 0,001), mais pas l’IIPSS ( B = 0,41, p = 0,02). Les coefficients de régression standardisés étaient respectivement de 0,21 et 0,43 pour IIPSS et MODTAS.

Dans ces modèles, MODTAS était un meilleur prédicteur de toutes les variables de résultat. L’interview de l’Iowa pour les symptômes de type crise partielle, d’autre part, était un prédicteur significatif de toutes les variables de résultat à l’exception de MEQ30 et 11D-ASC. De plus, une valeur accrue de MODTAS a prédit une augmentation du score pour tous les DV, alors que le signe de prédiction a changé pour IIPSS (c’est-à-dire négatif pour NETI et MEQ30). Alors que les quatre échelles utilisées pour mesurer les DV quantifient l’intensité des SSA/SKA, elles mesurent divers aspects de la même expérience, ce qui se reflète dans les différences entre les résultats des quatre modèles de régression.

Discussion

Différences entre les SKA et les SSA

La mesure dans laquelle les SKA diffèrent des SSA a rarement été explorée dans la littérature psychologique, et les deux termes ont été utilisés de manière interchangeable pour désigner la même expérience dans des recherches antérieures. Bien que la catégorisation claire de ces expériences subjectives puisse être problématique, l’interchangeabilité des deux termes peut prêter à confusion si les expériences auxquelles ils se réfèrent varient, même si ce n’est que légèrement. L’hypothèse selon laquelle les SKA obtiennent des symptômes physiques et négatifs plus élevés que les SSA a donc été introduite pour aider à mieux identifier les différences subtiles entre les deux types d’expériences d’éveil spontané.

La supposition que les SKA étaient plus susceptibles de produire des effets physiques et négatifs plus importants que les SSA découlait des références fréquentes dans la littérature transpersonnelle associant des expériences d’éveil subjectivement intenses, énergiques et souvent physiquement difficiles à une urgence spirituelle ( Goretzki et al., 2013 ; St Arnaud et Cormier, 2017 ; Woollacott et al., 2020 ). Nos résultats, qui indiquent que les SKA sont significativement plus physiques que les SSA, sont conformes à la littérature existante sur les éveils de la kundalini, qui a fréquemment fait allusion aux caractéristiques physiques dominantes de ce type d’expérience d’éveil ( Sanches et Daniels, 2008 ; Goretzki et al., 2013 ; De Castro, 2015 ;Lindahl et al., 2017 ; Lockley, 2019 ). Cependant, l’hypothèse selon laquelle les SKA sont significativement plus négatifs que les SSA, éclairée par la littérature existante faisant allusion aux fortes associations entre les symptômes physiques et négatifs dans les éveils de la kundalini ( Lukoff, 1985 ; Greyson, 1993 ; Johnson et Friedman, 2008 ), n’a pas été satisfaite dans cette étude. Il convient toutefois de noter que ces associations n’ont été que postulées dans la littérature existante, et que ces différences n’ont pas, jusqu’à présent, été explicitement énoncées, laissant une large place à l’interprétation. Tout en visant à combler ce manque d’information, l’hypothèse de notre étude exploratoire s’est donc également fondée sur celui-ci.

En outre, et c’est important, un certain nombre d’items relatifs à une expérience négative dans l’échelle KAS faisaient également référence à des symptômes physiques qui n’avaient peut-être pas été considérés comme extrêmement négatifs au moment de l’expérience SSA/SKA. Par exemple, l’item 11 : « J’ai connu un fonctionnement étrange de mon système reproducteur » ( Sanches et Daniels, 2008 ), peut avoir été une expérience relativement agréable pour certains. De même, l’item 24 : « J’ai vécu mon esprit comme un flux incontrôlable d’idées ou de pensées » ( Sanches et Daniels, 2008 ), peut ne pas avoir été interprété comme particulièrement négatif ou stimulant pour l’expérimentateur au moment de son expérience. L’inclusion de ces éléments et d’éléments similaires dans la sous-échelle négative de KAS peut donc être problématique.

Il convient également de considérer que, bien qu’une définition générale des expériences d’éveil ait été fournie dans le mémoire d’étude, les participants ont été laissés à l’autodétermination et à l’étiquette de leur expérience d’éveil la plus puissante rappelée comme SSA ou SKA, et aucune définition de ces termes individuels n’a été fournis par les auteurs pour faciliter ce processus. Bien que cela ait été intentionnel, l’interprétation subjective de ces termes peut avoir causé de légères incohérences au cours du processus d’échantillonnage des deux ensembles d’expériences. Par exemple, les participants vivant des expériences d’éveil spontané avec de forts symptômes physiques et/ou négatifs peuvent ne pas nécessairement s’identifier au terme SKA s’ils viennent de milieux socioculturels et religieux qui ne s’identifient pas à la culture et/ou à la philosophie orientales, ou s’ils ont pas été exposé à la terminologie, comme cela peut être le cas pour les personnes qui ont vécu ces expériences en dehors d’un contexte spirituel ou religieux. Cette spéculation est partiellement étayée par les facteurs significatifs signalés qui, selon les participants, les ont amenés à vivre l’expérience, dans la mesure où la pratique du yoga était plus fréquemment signalée dans le groupe SKA que dans le groupe SSA, et « aucun déclencheur perceptible » n’était plus souvent signalé dans le groupe SKA. Groupe SSA par rapport au groupe SKA.

Bien que cette section visait une exploration préliminaire des principales différences entre les SSA et les SKA, une analyse plus approfondie est justifiée, et une analyse factorielle confirmatoire multi-groupes comparant ces expériences entre elles et avec d’autres expériences d’états altérés sera rapportée dans une étude future. . De plus, les études futures devraient envisager d’utiliser le SES ( Goretzki et al., 2014 ) pour mieux distinguer les individus en situation d’urgence spirituelle de ceux qui ne le sont pas, ce qui pourrait être exploré par rapport aux expériences rapportées de SSA et de SKA.

Effets sur le bien-être

Les items les mieux notés sur les échelles NETI, KAS et MEQ30 suggèrent que les caractéristiques générales des SSA/SKA sont de nature principalement positive. De plus, une écrasante majorité de participants ont déclaré que leur SSA/SKA avait un impact principalement positif sur leur bien-être à court et à long terme, lorsqu’on leur a demandé si leur expérience était principalement positive ou négative. Un pourcentage plus élevé de participants signalant les effets positifs à long terme sur le bien-être médiés par les SSA/SKA, que ceux signalant des effets positifs sur le bien-être à court terme, suggère que les SSA/SKA peuvent encore être perçus comme extrêmement positifs à long terme, même lorsque l’expérience a été initialement difficile. Il convient également de noter que plus de la moitié de nos participants ont signalé des troubles psychologiques ou des traumatismes comme un facteur important qui, selon eux, les a amenés à vivre l’expérience, ce qui en fait le facteur de SSA/SKA le plus élevé dans notre échantillon. Ceci est conforme aux résultats des recherches existantes (Greyson, 2000 ; Taylor, 2012 , 2015 ; Woollacott et al., 2020 ), et soutient en outre le potentiel de ces expériences à produire des changements profonds et transformationnels qui peuvent entraîner un changement thérapeutique durable. De plus, les résultats de notre étude indiquent une augmentation de toutes les pratiques spirituelles et holistiques mesurées après l’expérience SSA/SKA, à l’exception de l’utilisation de psychédéliques et d’enthéogènes. Ces activités, y compris le contact avec la nature, la pleine conscience, le yoga et la méditation, cultivent des comportements internes, pro-environnementaux et pro-sociaux sains tels qu’un altruisme accru, l’empathie, la confiance, la confiance, l’optimisme, la réduction du stress et de la dépression et une meilleure résolution de problèmes. ( Patel et al., 1985 ;Khalsa et al., 2008 ; Khanna et Greeson, 2013 ; Lifshitz et al., 2019 ). Par conséquent, ces résultats confirment non seulement l’hypothèse selon laquelle les SSA/SKA ont des effets globalement positifs à court et à long terme sur le bien-être, mais également qu’ils déclenchent des changements vers des modes de vie plus positifs. Ces résultats sont cohérents avec les études existantes ( Taylor, 2012 , 2015 ; Taylor et Egeto-Szabo, 2017 ; McGee, 2020 ).

Les expériences mystiques (y compris les réveils spirituels) ont été associées à des améliorations prometteuses des états de bien-être subjectifs et objectifs , comme en témoignent les améliorations soutenues de la dépression résistante au traitement ( Carhart-Harris et al., 2016 ), des réductions significatives dans l’anxiété, le désespoir et la peur de la mort chez les patients atteints d’un cancer menaçant le pronostic vital ( Ross et al., 2016 ) et le traitement de la dépendance à l’alcool et au tabac résistante aux traitements ( Green et al., 1998 ; Garcia-Romeu et al., 2014), médiée par des expériences mystiques occasionnées par la psilocybine. Nos résultats soutiennent le potentiel d’expériences d’éveil de nature spontanée pour occasionner des avantages profondément thérapeutiques à court et à long terme. Notre étude remet ainsi en question la pathologisation par défaut des expériences d’éveil spontané, aborde l’importance d’une déstigmatisation immédiate de ces expériences au sein de la psychiatrie et invite à une approche plus holistique, centrée sur le patient, de la recherche d’expériences spirituelles et transcendantes.

Relation avec d’autres ASC

Les similitudes observées entre les distributions des scores des ASC SSA/SKA et de tous les ASC non médicamenteux mesurés suggèrent des similitudes phénoménologiques entre les groupes, soutenant le postulat, initialement avancée par le psychiatre Ludwig (1966) , selon laquelle tous les ASC sont phénoménologiquement similaires, qu’ils soient induits ou spontanés. Cependant, les scores moyens considérablement plus élevés observés dans toutes les sous-échelles de l’échantillon SSA/SKA par rapport à tous les ASC non médicamenteux mesurés suggèrent que les SSA/SKA sont généralement signalés comme étant subjectivement plus intenses.

Bien que des comparaisons inférentielles n’aient pas été effectuées entre les distributions de scores des ASC SSA / SKA et des ASC induites par les médicaments en raison d’un manque d’accès aux données brutes des études publiées, les comparaisons observées suggèrent de fortes similitudes phénoménologiques entre les deux ensembles d’ASC. L’ampleur du score observé dans la plupart des sous-échelles de l’échantillon SSA/SKA par rapport à celles de tous les ASC de drogues mesurés, suggère également que les SSA/SKA sont des ASC plus puissants que tous les ASC à drogues mesurés, y compris les drogues psychédéliques puissantes. Les similitudes observées, à la fois en ampleur et en distribution, entre les SSA/SKA et les ASC induits par des drogues capables de déclencher des expériences mystiques étaient particulièrement frappantes : en particulier les drogues psychédéliques psilocybine et DMT. Ces résultats sont intéressants,Griffiths et al., 2006 , 2008 ; Carhart-Harris et al., 2016 ; Ross et al., 2016). Il est important de considérer, cependant, que les expériences SSA/SKA les plus puissantes ont été comparées à des expériences ponctuelles induites par la drogue et non médicamenteuses, et une analyse plus juste aurait peut-être été de comparer les SSA/SKA les plus puissantes avec les ASC induites les plus puissantes d’origine médicamenteuse ou non. Cependant, ces résultats méritent d’être approfondis. Les similitudes phénoménologiques observées entre les ASC SSA / SKA et les ASC psychédéliques pourraient indiquer le potentiel de la recherche sur les expériences mystiques occasionnées par des psychédéliques pour faire la lumière sur certains des fondements neurobiologiques et des potentiels thérapeutiques des SSA / SKA, et la recherche SSA / SKA peut également aider informer l’étude des expériences mystiques occasionnées par des psychédéliques.

Les comparaisons observées indiquent une similitude distributionnelle cohérente dans la phénoménologie entre les SSA/SKA et tous les ASC médicamenteux et non médicamenteux mesurés. Ces résultats globaux proposent donc une autre dimension à travers laquelle le phénomène SSA/SKA peut être observé. Une étude future sera entreprise par les auteurs pour comparer statistiquement les ASC SSA/SKA avec une gamme d’ASC médicamenteux et non médicamenteux.

Prédicteurs de SSA/SKA

La labilité du lobe temporel et le trait d’absorption sont considérés comme deux prédicteurs efficaces pour mesurer la propension aux expériences ASC. Ceux-ci ont été utilisés ensemble pour mesurer l’intensité des expériences ASC produites par des drogues telles que le cannabis, et dans des contextes non induits par la drogue tels que la chambre noire anéchoïque, le réservoir de flottaison et pendant la respiration holotropique ( Luke et al., 2018 , 2019 ). Selon nos résultats, la TLL et les trait d’absorption sont positivement corrélées à l’expérience SSA/SKA, ce qui implique que les individus obtenant des scores plus élevés en TLL et en absorption sont plus susceptibles de subir des SSA/SKA d’intensité plus élevée. Cependant, le trait d’absorption, qui a été utilisée exclusivement pour prédire la prédisposition aux ASC chez les psychédéliques tels que la psilocybine ( Studerus et al., 2012 ;Studerus, 2013 ), LSD ( Carhart-Harris et al., 2015 ; Terhune et al., 2016 ), MDMA ( Hastings, 2006 ), ayahuasca ( Bresnick et Levin, 2006 ) et DMT ( Timmermann et al., 2018 ) , s’est avéré être un meilleur prédicteur de tous les résultats SSA/SKA que TLL.

En effet, comme indiqué dans l’introduction, cela n’est peut-être pas tout à fait surprenant, car le trait d’absorption s’est avérée prédire les expériences mystiques et quasi mystiques produites de manière endogène dans certains contextes de privation sensorielle, de déséquilibre de l’homéostasie et d’induction de transe ( Rock, 2009 ; Luhrmann et al., 2010 ; Bronkhorst, 2016 ; Luke et al., 2018 ; Glicksohn et Ben-Soussan, 2020 ), ainsi que certaines des caractéristiques communes des états spirituels associés aux SSA/SKA, comme une empathie plus forte ( Wickramasekera et Szlyk, 2003 ; Wickramasekera, 2007 ), des états de flow plus forts ( Marty-Dugas et Smilek, 2019 ), une créativité plus prononcée (Wild et al., 1995 ; Manmiller et al., 2005 ), un attachement plus fort à la nature et aux autres formes de vie ( Kaplan, 1995 ; Brown et Katcher, 1997 ), des sentiments de dépassement de soi ( Cardeña et Terhune, 2014 ), des expériences de synesthésie plus prononcées ( Rader et Tellegen, 1987 ; Glicksohn et al., 1999 ; Chun et Hupé, 2016 ), des altérations de la perception et du sens de l’espace-temps ( Pekala et al., 1985 ; Kumar et Pekala, 1988 ) et des croyances ou expériences paranormales ( Glicksohn, 1990 , 2004 ; Spanos et al., 1993 ;Glicksohn et Barrett, 2003 ; Granqvist et coll., 2005 ; French et al., 2008 ; Parra, 2008 ; Zingrone et al., 2009 ; Luhrmann et al., 2010 , 2021 ; Gray et Gallo, 2016 ; Parra et Gimenez Amarilla, 2016 ), dans des contextes médicamenteux et non médicamenteux par rapport à la population générale. Les différences dans les prédictions mesurées de l’intensité de SSA/SKA entre TLL et l’absorption sont probablement dues au fait que chaque variable dépendante utilisée dans notre étude mesurait des aspects légèrement différents des expériences globales de SSA/SKA (c.-à-d., éveil de la kundalini, expérience non duelle, expérience mystique, ASC).

Bien que ces résultats approfondissent notre compréhension de la relation entre le trait d’absorption, le TLL et les ASC tels que les SSA / SKA, il est important de considérer que les échelles MODTAS et IIPSS sont généralement utilisées de manière prospective pour mesurer la propension aux résultats ASC, et en raison de la spontanéité nature des SSA/SKAs, cette étude n’a pas été en mesure de suivre le protocole typique. La direction de la corrélation entre les niveaux de TLL et d’absorption et les expériences SSA/SKA reste donc incertaine. La nature spontanée des SSA/SKA rend les chances d’une future étude prospective hautement improbables.

Fait intéressant, lorsque l’on compare les distributions des scores TLL de l’échantillon SSA/SKA avec celles de l’échantillon de population « normal » publié, les scores SSA/SKA étaient considérablement plus élevés, les différences observées les plus importantes étant présentes dans la plage des scores élevés. Les traits TLL plus élevés dans l’échantillon SSA/SKA par rapport à l’échantillon de population « normal » publié peuvent suggérer une tendance plus élevée aux symptômes de type crise partielle typiques de TLE chez les personnes ayant expérimenté SSA/SKA. De même, ces résultats pourraient suggérer une probabilité plus élevée de subir une SSA/SKA si un individu est prédisposé à éprouver des symptômes de type crise partielle, typiques du TLE.

Les scores moyens observés sur les sous-échelles MODTAS se sont révélés légèrement supérieurs dans l’échantillon SSA/SKA par rapport à l’échantillon de population « normal » publié, à l’exception de la sous-échelle ASC, où le score moyen était plus du double de celui de l’échantillon population « normale ». Ce résultat n’est pas totalement inattendu, compte tenu de la nature même des expériences que la sous-échelle ASC mesure, comme en témoignent les deux items les mieux notés (8 et 9) : « Je pense que je sais vraiment ce que certaines personnes veulent dire quand elles parlent de expériences mystiques” et “Je peux sortir de mon moi habituel et vivre un état d’être entièrement différent” – qui se réfèrent directement aux expériences mystiques. Cela suggérerait que, bien que l’absorption prédise l’intensité des SSA/SKA, les SSA/SKA ne se limitent pas aux individus ayant des niveaux d’absorption élevés.

Les comparaisons inférentielles entre le groupe SSA/SKA et les groupes de population “normaux” publiés par MODTAS et IIPSS n’ont pas été possibles en raison d’un manque d’accès aux données brutes publiées, cependant, celles-ci sont proposées pour une étude future.

Limites

En plus des limitations discutées dans chaque section de la discussion ci-dessus, cette étude souffre des limitations générales suivantes. Tout d’abord, les participants ont été invités à se rappeler rétrospectivement leur SSA/SKA le plus puissant, une méthode qui peut être vulnérable à l’erreur. Cependant, Griffiths et al. (2006), qui a mené une étude sur la fiabilité du rappel des expériences mystiques, a suggéré que le rappel rétrospectif dans ce contexte n’est pas aussi sujet à l’erreur que dans d’autres contextes, ce qui peut s’expliquer par la signification subjective de ces expériences. Une autre limite est que peu de recherches avaient été menées avant cette étude sur l’expérience des éveils spirituels, et encore moins sur les expériences d’éveil spirituel de nature spontanée. Bon nombre de nos hypothèses initiales étaient donc fondées sur des considérations anecdotiques. Enfin, il est important de considérer que les scores alpha de Cronbach pour 3 des sous-échelles 11D-ASC étaient quelque peu inférieurs aux chiffres publiés précédemment, et la cohérence interne n’était donc pas aussi robuste que les auteurs l’auraient prévu. Les résultats doivent donc être interprétés avec une certaine prudence.

Des études futures devraient être menées pour aborder qualitativement les variances phénoménologiques des expériences globales SSA/SKA, leurs effets sur le bien-être et comment elles se comparent aux psychopathologies capables de produire des expériences mystiques. Des tests comparatifs approfondis doivent également être menés pour comprendre comment les SSA et les SKA sont corrélés avec les résultats de bien-être à court et à long terme. Une autre piste importante pour les recherches futures serait d’étudier si la déstigmatisation culturelle et l’accès au soutien par les pairs (par exemple, les réseaux de crise spirituelle) prédisent une meilleure intégration des expériences SSA/SKA initialement difficiles et augmentent la probabilité de résultats positifs. Enfin, une comparaison statistiquement plus rigoureuse entre les SSA/SKA et les ASC induites par les médicaments peut nous aider à mieux comprendre ces phénomènes, leurs fondements neurobiologiques,

Conclusion

En conclusion, les différences phénoménologiques entre les SSA et les SKA étaient significatives dans les expériences physiques mais pas dans les expériences négatives, et le trait d’absorption de personnalité et le TLL étaient positivement associés à l’intensité des SSA/SKA, les indiquant comme de bons prédicteurs de l’expérience globale. En outre, les SSA/SKA se sont révélés être phénoménologiquement similaires dans leur distribution, mais considérablement plus importants en ampleur, que tous les autres ASC mesurés. Alors que les statistiques inférentielles n’étaient pas possibles entre le SSA/SKA ASC et les ASC produits par la psilocybine et le DMT, des comparaisons visuelles ont révélé des similitudes frappantes entre le SSA/SKA et la psilocybine, et le SSA/SKA et le DMT, ce qui est conforme aux études récentes qui ont souligné à l’association positive entre les expériences mystiques produites par ces drogues et leurs effets thérapeutiques. Compte tenu des effets extrêmement positifs rapportés des SSA / SKA sur le bien-être dans notre étude, et compte tenu de la littérature existante soutenant le potentiel des expériences spirituelles à la fois pour traiter des troubles tels que la toxicomanie, la dépression et l’anxiété, et pour amener les gens vers une vie pro-sociale et comportements pro-environnementaux, une plus grande attention de la part de la communauté des chercheurs est justifiée. Cette étude souligne l’importance de reconnaître les SSA/SKA comme des expériences précieuses qui, si elles sont correctement traversées, ont le potentiel de transformer positivement la vie des gens. Une plus grande attention de la part de la communauté des chercheurs est justifiée.

Déclaration de disponibilité des données

Les données brutes soutenant les conclusions de cet article seront mises à disposition par les auteurs, sans réserve indue.

Déclaration d’éthique

Les études impliquant des participants humains ont été examinées et approuvées par le Dr Yang Ye, président par intérim du comité d’éthique de la recherche de l’Université de Greenwich. Les patients/participants ont fourni leur consentement éclairé écrit pour participer à cette étude.

Les contributions de l’auteur

JSC a conçu et mené la recherche, recruté les participants, analysé les données, rédigé et révisé l’article. DL a conçu la recherche, analysé les données et révisé l’article. Tous les auteurs ont contribué à l’article et ont approuvé la version soumise.

Financement

La publication de ce manuscrit a été soutenue par l’Institute for Lifecourse Development (ILD) de l’Université de Greenwich.

Conflit d’intérêt

Les auteurs déclarent que la recherche a été menée en l’absence de toute relation commerciale ou financière pouvant être interprétée comme un conflit d’intérêts potentiel.

Note de l’éditeur

Toutes les affirmations exprimées dans cet article sont uniquement celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de leurs organisations affiliées, ou celles de l’éditeur, des éditeurs et des réviseurs. Tout produit pouvant être évalué dans cet article, ou toute réclamation pouvant être faite par son fabricant, n’est ni garanti ni approuvé par l’éditeur.

Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier tous les participants pour leurs importantes contributions à cette étude et, en fin de compte, à la progression de notre compréhension et de l’acceptation de phénomènes exceptionnels dans le domaine. Les auteurs tiennent également à remercier l’Université de Greenwich pour son soutien dans la réalisation de ce projet.

Matériel complémentaire

Le matériel supplémentaire de cet article est disponible en ligne à l’adresse : https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2021.720579/full#supplementary-material

Abréviations

ASC, états modifiés de conscience ; SKA, éveil spontané de la kundalini ; SSA, éveil spirituel spontané ; SSA/SKA, éveil spirituel spontané et éveil spontané de la kundalini ; TLE, épilepsie du lobe temporal ; TLL, labilité du lobe temporal.

Références

Allamani, A., Godlaski, TM et Einstein, SS (2013). Spiritualité, religion et addiction : un épilogue possible. Subst. Utilisez Mauvais usage 48, 1262–1266. doi : 10.3109/10826084.2013.808535

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Association psychiatrique américaine (1994). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux DSM-4 . Washington, DC : Association psychiatrique américaine.

Google Scholar

Association psychiatrique américaine (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux DSM-5 . Washington, DC : Association psychiatrique américaine. doi : 10.1176/appi.books.9780890425596

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Andrei, F., Vesely, A. et Siegling, AB (2016). Un examen de la validité concurrente et incrémentale de quatre échelles de pleine conscience. J. Psychopathol. Comportement Évaluer. 38, 559-571. doi : 10.1007/s10862-016-9546-x

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Benning, SD, Rozalski, V. et Klingspon, KL (2015). le trait d’absorption est liée à un traitement amélioré de l’image émotionnelle et à un traitement réduit des sondes acoustiques secondaires. Psychophysiologie 52, 1409–1415. doi : 10.1111/psyp.12468

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneBragdon, E. (2006). Un livre source pour aider les personnes ayant des problèmes spirituels . Aptos, Californie : Lightening Up Press.

Google Scholar

Bresnick, T., et Levin, R. (2006). Qualités phénoménales de l’ingestion d’ayahuasca et sa relation avec la conscience et la personnalité marginales. J. Conscient. Étalon. 13, 5–24. Disponible en ligne sur : https://www.ingentaconnect.com/content/imp/jcs/2006/00000013/00000009/art00001 (consulté le 15 août 2020).

En ligneBronkhorst, J. (2016). Peut-on expliquer la religion ? Le rôle de l’absorption dans divers phénomènes religieux. Méthode Théorie Étude Relig. 29, 1–30. doi : 10.1163/15700682-12341375

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Bronn, G., et McIlwain, D. (2015). Évaluer les crises spirituelles : éplucher une autre couche d’un oignon apparemment sans fin. J. Humain. Psychol. 55, 346–382. doi: 10.1177/0022167814528045

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Brown, AE, Tonigan, JS, Pavlik, VN, Kosten, TR et Volk, RJ (2013). Spiritualité et confiance pour résister à la consommation de substances chez les participants à la célébration du rétablissement. J. Relig. Santé 52, 107–113. doi : 10.1007/s10943-011-9456-x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Brown, SE et Katcher, AH (1997). La contribution de l’attachement aux animaux domestiques et à la nature à la dissociation et à l’absorption. Dissoc. Prog. Dissoc. Désordre. 10, 125–129.

Google Scholar

Butlein, DA (2005). L’ impact de l’éveil spirituel sur la psychothérapie : une étude comparative des traits de personnalité, de la vision du monde thérapeutique et de l’ expérience du client chez les psychothérapeutes transpersonnels, non transpersonnels et prétendument éveillés . Thèse de doctorat, Institut de psychologie transpersonnelle, Université de Sofia, Palo Alto, CA.

Google Scholar

Carbonaro, TM, Johnson, MW, Hurwitz, E. et Griffiths, RR (2018). Comparaison en double aveugle des deux hallucinogènes psilocybine et dextrométhorphane : similitudes et différences dans les expériences subjectives. Psychopharmacologie 235, 521–534. doi : 10.1007/s00213-017-4769-4

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Cardeña, E., et Terhune, DB (2014). Hypnotisabilité, traits de personnalité et propension à éprouver des altérations de la conscience. Psychol. Conscient. Théorie Rés. Pratique. 1, 292–307. doi: 10.1037/cns0000026

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Carhart-Harris, RL, Bolstridge, M., Rucker, J., Day, CM, Erritzoe, D., Kaelen, M., et al. (2016). Psilocybine avec soutien psychologique pour la dépression résistante au traitement : une étude de faisabilité en ouvert. Lancet Psychiatry 3, 619–627. doi : 10.1016/S2215-0366(16)30065-7

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Carhart-Harris, RL, Erritzoe, D., Williams, T., Stone, JM, Reed, LJ, Colasanti, A., et al. (2012a). Corrélats neuronaux de l’état psychédélique tels que déterminés par les études IRMf avec la psilocybine. Proc. Nat. Acad. Sci. États-Unis 109, 2138–2143. doi : 10.1073/pnas.1119598109

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Carhart-Harris, RL, Kaelen, M., Whalley, MG, Bolstridge, M., Feilding, A. et Nutt, DJ (2015). Le LSD améliore la suggestibilité chez les volontaires sains. Psychopharmacologie 232, 785–794. doi : 10.1007/s00213-014-3714-z

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Carhart-Harris, RL, Leech, R., Williams, TM, Erritzoe, D., Abbasi, N., Bargiotas, T., et al. (2012b). Implications pour la psychothérapie assistée par les psychédéliques : étude d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle avec la psilocybine. Britannique. J. Psychiatry 200, 238–244. doi : 10.1192/bjp.bp.111.103309

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Carleton, RN, Abrams, député, et Asmundson, GJG (2010). L’Attentional Resource Allocation Scale (ARAS): propriétés psychométriques d’une mesure composite de dissociation et d’absorption. Déprimer. Anxiété 27, 775–786. doi : 10.1002/da.20656

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Chun, CA, et Hupé, JM (2016). Les synesthètes sont-ils exceptionnels au-delà de leurs associations synesthésiques ? Une comparaison systématique de la créativité, de la personnalité, de la cognition et de l’imagerie mentale chez les synesthètes et les témoins. Britannique. J. Psychiatrie 107, 397–418. doi : 10.1111/bjop.12146

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Cuisinier, CC (2004). Dépendance et spiritualité. Dépendance 99, 539–551. doi : 10.1111/j.1360-0443.2004.00715.x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

De Castro, JM (2015). La méditation a des relations plus fortes avec la pleine conscience, la kundalini et les expériences mystiques que le yoga ou la prière. Conscient. Conn. 35, 115–127. doi : 10.1016/j.concog.2015.04.022

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Devinsky, O., Feldmann, E., Burrowes, K. et Bromfield, E. (1989). Phénomènes autoscopiques avec convulsions. Cambre. Neurol. 46, 1080-1088. doi: 10.1001/archneur.1989.00520460060015

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Devinsky, O., et Lai, G. (2008). Spiritualité et religion dans l’épilepsie. Épilep. Comportement 12, 636–643. doi : 10.1016/j.yebeh.2007.11.011

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneDittrich, A. (1998). L’évaluation psychométrique standardisée des états modifiés de conscience (ASC) chez l’homme. Pharmacopsychiatrie 31, 80–84. doi : 10.1055/s-2007-979351

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Dolgoff-Kaspar, R., Ettinger, AB, Golub, SA, Perrine, K., Harden, C. et Croll, SD (2011). Auras et spiritualité de type numineux chez les personnes souffrant de crises partielles. Épilepsie 52, 640–644 . doi : 10.1111/j.1528-1167.2010.02957.x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Dunnington, K. (2011). Dépendance et vertu : au-delà des modèles de maladie et de choix . Downers Grove, Illinois : InterVarsity Press.

Google Scholar

Feuerstein, G. (1989). Yoga : La technologie de l’extase . New York, NY : TarcherPerigee.

French, CC, Santomauro, J., Hamilton, V., Fox, R. et Thalbourne, MA (2008). Aspects psychologiques de l’expérience de contact extraterrestre. Cortex 44, 1387–1395. doi : 10.1016/j.cortex.2007.11.011

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneGalanter, M. (2008). « Le concept de spiritualité en relation avec le rétablissement de la toxicomanie et la psychiatrie générale », dans Recent Developments in Alcoholism 18 , eds M. Galanter et LA Kaskutas (New York : Springer), 125–140. doi : 10.1007/978-0-387-77725-2_8

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Galanter, M., Dermatis, H., Bunt, G., Williams, C., Trujillo, M. et Steinke, P. (2007). Évaluation de la spiritualité et de sa pertinence pour le traitement de la toxicomanie. J. Subst. Traiter l’abus. 33, 257-264. doi : 10.1016/j.jsat.2006.06.014

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Galanter, M., Dermatis, H., Post, S. et Sampson, C. (2013). Récupération basée sur la spiritualité de la toxicomanie dans la communauté en douze étapes des narcotiques anonymes. J. Addict. Méd. 7, 189–195. doi : 10.1097/ADM.0b013e31828a0265

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Gallup, GH Jr. (2003). Les réveils religieux renforcent la foi des Américains . Disponible en ligne sur : https://news.gallup.com/poll/7582/religious-awakenings-bolster-americans-faith.aspx (consulté le 15 août 2020).

Garcia-Romeu, A., Griffiths, RR et Johnson, MW (2014). Expériences mystiques occasionnées par la psilocybine dans le traitement de la dépendance au tabac. Courant. Toxicomanie Rév. 7, 157–164. doi : 10.2174/1874473708666150107121331

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Geschwind, N., Shader, RI, Bear, D., North, B., Levin, K. et Chetham, D. (1980). Cas 2 : changements de comportement avec épilepsie temporale : évaluation et traitement. J.Clin. Psychiatrie 41, 89–95.

Résumé PubMed | Google Scholar

Giovagnoli, AR, Meneses, RF et da Silva, AM (2006). La contribution de la spiritualité à la qualité de vie dans l’épilepsie focale. Épilep. Comportement 9, 133–139. doi: 10.1016/j.yebeh.2006.04.002

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneGlicksohn, J. (1990). Croyance au paranormal et expérience paranormale subjective. Pers. Individ. Diff. 11, 675–683. doi : 10.1016/0191-8869(90)90252-M

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneGlicksohn, J. (2004). Absorption, hallucinations et hypothèse du continuum. Comportement Cerveau Sci. 27, 793–794. doi : 10.1017/S0140525X04280189

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Glicksohn, J. et Barrett, TR (2003). Absorption et expérience hallucinatoire. Appl. Conn. Psychol. 17, 833–849. doi : 10.1002/acp.913

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Glicksohn, J., et Ben-Soussan, TD (2020). Immersion, absorption et expérience spirituelle : quelques découvertes préliminaires. De face. Psychol. 11:2118. doi : 10.3389/fpsyg.2020.02118

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Glicksohn, J., Steinbach, I. et Elimalach-Malmilyan, S. (1999). La dédifférenciation cognitive dans l’eidétique et la synesthésie : une nouvelle chasse au fantôme. Perception 28, 109-120. doi : 10.1068/p2755

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Glisky, ML, Tataryn, DJ, Tobias, BA, Kihlstrom, JF et McConkey, KM (1991). Absorption, ouverture à l’expérience et hypnotisabilité. J. Pers. Soc. Psychol. 60, 263–272. doi: 10.1037/0022-3514.60.2.263

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Goretzki, M., Storm, L. et Thalbourne, MA (2014). Note de recherche : mise à jour de l’échelle d’urgence spirituelle. J. Transpers. Psychol. 46, 240–244. Disponible en ligne sur : https://www.atpweb.org/jtparchive/trps-46-14-02-240.pdf (consulté le 15 août 2020).

Goretzki, M., Thalbourne, MA et Storm, L. (2009). Le questionnaire mesure l’urgence spirituelle. J. Transpers. Psychol. 41, 81–97. Disponible en ligne sur : https://www.atpweb.org/jtparchive/trps-41-09-01-081.pdf (consulté le 15 août 2020).

Goretzki, M., Thalbourne, MA et Storm, L. (2013). Développement d’une échelle d’urgence spirituelle. J. Transpers. Psychol. 45, 105–117. doi : 10.1037/t33374-000

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Granqvist, P., Fredrikson, M., Unge, P., Hagenfeldt, A., Valind, S., Larhammar, D., et al. (2005). La présence ressentie et les expériences mystiques sont prédites par la suggestibilité, et non par l’application de champs magnétiques complexes transcrâniens faibles. Neurosci. Lett. 379, 1–6. doi : 10.1016/j.neulet.2004.10.057

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Gray, SJ et Gallo, DA (2016). Croyants psychiques paranormaux et sceptiques: un test à grande échelle de l’hypothèse des différences cognitives. Mém. Connaître. 44, 242–261. doi : 10.3758/s13421-015-0563-x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Vert, LL, Fullilove, MT et Fullilove, RE (1998). Histoires d’éveil spirituel : la nature de la spiritualité en rétablissement. J. Subst. Traiter l’abus. 15, 325–331. doi : 10.1016/S0740-5472(97)00211-0

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneGreenwell, B. (2002). Énergies de transformation : un guide du processus Kundalini . New Delhi : Éditeurs Motilal Banarsidass.

Google Scholar

En ligneGreyson, B. (1993). Le syndrome physio-kundalini et la maladie mentale. J. Transpers. Psychol. 25, 43–59.

Google Scholar

En ligneGreyson, B. (2000). Quelques corrélats neuropsychologiques du syndrome physio-kundalini. J. Transpers. Psychol. 32, 123–134.

Griffiths, RR, Johnson, MW, Carducci, MA, Umbricht, A., Richards, WA, Richards, BD, et al. (2016). La psilocybine produit des diminutions substantielles et soutenues de la dépression et de l’anxiété chez les patients atteints d’un cancer menaçant le pronostic vital : un essai randomisé en double aveugle. J. Psychopharmacol. 30, 1181-1197. doi: 10.1177/0269881116675513

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Griffiths, RR, Johnson, MW, Richards, WA, Richards, BD, McCann, U. et Jesse, R. (2011). La psilocybine a occasionné des expériences de type mystique : effets immédiats et persistants liés à la dose. Psychopharmacologie 218, 649–665. doi : 10.1007/s00213-011-2358-5

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Griffiths, RR, Richards, WA, Johnson, MW, McCann, UD et Jesse, R. (2008). Les expériences de type mystique occasionnées par la psilocybine médiatisent l’attribution d’une signification personnelle et d’une signification spirituelle 14 mois plus tard. J. Psychopharmacol. 22, 621–632. doi: 10.1177/0269881108094300

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Griffiths, RR, Richards, WA, McCann, U. et Jesse, R. (2006). La psilocybine peut occasionner des expériences de type mystique ayant une signification personnelle substantielle et soutenue et une signification spirituelle. Psychopharmacologie 187, 268–283. doi : 10.1007/s00213-006-0457-5

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Grodzicki, J., et Galanter, M. (2006). Spiritualité et dépendance. Subst. Abus 26, 1–4. doi : 10.1300/J465v26n02_01

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Grof, C., et Grof, S. (2017). Urgence spirituelle : la compréhension et le traitement des crises transpersonnelles. Int. J. Transpers. Étalon. 36, 30–43. doi : 10.24972/ijts.2017.36.2.30

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Grof, S. (2019). Psychologie du futur : leçons de la recherche sur la conscience moderne . Albany, NY : Suny Press.

Google Scholar

Guedj, E., Aubert, S., McGonigal, A., Mundler, O. et Bartolomei, F. (2010). Déjà-vu dans l’épilepsie du lobe temporal : schéma métabolique de l’implication corticale chez les patients présentant une IRM cérébrale normale. Neuropsychologie 48, 2174-2181. doi : 10.1016/j.neuropsychologia.2010.04.009

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Haijen, EC, Kaelen, M., Roseman, L., Timmermann, C., Kettner, H., Russ, S., et al. (2018). Prédire les réponses aux psychédéliques : une étude prospective. De face. Pharmacol. 9:897. doi : 10.3389/fphar.2018.00897

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Hansen, B. Å., et Brodtkorb, E. (2003). Epilepsie partielle avec crises « extatiques ». Épilep. Comportement 4, 667–673. doi: 10.1016/j.yebeh.2003.09.009

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneHastings, A. (2006). Une expérience prolongée de type MDMA non médicamenteuse évoquée par suggestion posthypnotique. J. Psychoactive Drugs 38, 273–283. doi : 10.1080/02791072.2006.10399853

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Hood, RW Jr. (1975). La construction et la validation préliminaire d’une mesure de l’expérience mystique rapportée. J. Sci. Étudiez Relig. 14, 29–41. doi : 10.2307/1384454

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Horton, CP (1973). L’expérience mystique comme prévention du suicide. Un m. J. Psychiatrie 130, 294–296. doi : 10.1176/ajp.130.3.294

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Houran, J., Thalbourne, MA et Hartmann, E. (2003). Comparaison de deux mesures alternatives de la construction des limites. Percevoir. Mot. Compétences 96, 311–323. doi : 10.2466/pms.2003.96.1.311

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Hunt, HT (2000). Expériences de transformation personnelle radicale dans le mysticisme, la conversion religieuse et la psychose : un examen des variétés, des processus et des conséquences du numineux. J. Mind Behav. 21, 353–397. Disponible en ligne sur : https://www.jstor.org/stable/43853939 (consulté le 19 juin 2021).

Hyde, B. (2004). La plausibilité de l’intelligence spirituelle : expérience spirituelle, résolution de problèmes et sites neuronaux. Int. J.Enfant. Spirituel. 9, 39–52. doi : 10.1080/1364436042000200816

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Hysek, CM, Fink, AE, Simmler, LD, Donzelli, M., Grouzmann, E. et Liechti, ME (2013). Les récepteurs α1-adrénergiques contribuent aux effets aigus de la 3, 4-méthylènedioxyméthamphétamine chez l’homme. J.Clin. Psychopharmacol. 33, 658–666. doi : 10.1097/JCP.0b013e3182979d32

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

James, W. (1902/1985). Les variétés de l’expérience religieuse. Londres : Classiques des pingouins. doi : 10.1037/10004-000

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Jamieson, Géorgie (2005). L’échelle d’absorption Tellegen modifiée : une fenêtre plus claire sur la structure et la signification de l’absorption. Aust. J.Clin. Exp. Hypn. 33, 119-139.

Google Scholar

Johnson, CV et Friedman, HL (2008). Éclairé ou délirant ? Différencier les expériences religieuses, spirituelles et transpersonnelles de la psychopathologie. J. Humain. Psychol. 48, 505–527. doi: 10.1177/0022167808314174

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Johnson, MW, Hendricks, PS, Barrett, FS et Griffiths, RR (2019). Psychédéliques classiques : une revue intégrative de l’épidémiologie, de la thérapeutique, de l’expérience mystique et de la fonction du réseau cérébral. Pharmacol. Thérapeute. 197, 83–102. doi : 10.1016/j.pharmthera.2018.11.010

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneKanemoto, K. (1994). Un cas avec Ko harenz excessif (Weizsacker) comme expérience critique et hypomanie suite à des crises partielles complexes. J. Japan Epilep. Soc. 12, 28–33. doi : 10.3805/jjes.12.28

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Kaplan, S. (1995). Les bienfaits réparateurs de la nature : vers un cadre intégrateur. J. Environ. Psychol. 15, 169–182. doi : 10.1016/0272-4944(95)90001-2

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Kaskutas, LA, Bond, J. et Weisner, C. (2003). Le rôle de la religion, de la spiritualité et des alcooliques anonymes dans la sobriété soutenue. De l’alcool. Traiter. Q.21 , 1–16. doi : 10.1300/J020v21n01_01

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Kendler, KS, Gardner, CO et Prescott, CA (1997). Religion, psychopathologie et consommation et abus de substances : une étude génétique et épidémiologique multimesure. Un m. J. Psychiatrie 154, 322–329. doi : 10.1176/ajp.154.3.322

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Khalsa, SBS, Khalsa, GS, Khalsa, HK et Khalsa, MK (2008). Évaluation d’un programme pilote résidentiel de yoga Kundalini pour la toxicomanie en Inde. J. Ethn. Subst. Abus 7, 67–79. doi: 10.1080/15332640802081968

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Khanna, S., et Greeson, JM (2013). Une revue narrative du yoga et de la pleine conscience comme thérapies complémentaires pour la dépendance. Complément. Là. Méd. 21, 244–252. doi : 10.1016/j.ctim.2013.01.008

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Khouzam, HR et Kissmeyer, P. (1997). Traitement antidépresseur, trouble de stress post-traumatique, culpabilité du survivant et éveil spirituel. J. Trauma. Stress 10, 691–696. doi : 10.1002/jts.2490100415

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Kumar, VK et Pekala, RJ (1988). Hypnotisabilité, absorption et différences individuelles dans l’expérience phénoménologique. Int. J.Clin. Exp. Hypn. 36, 80–88. doi: 10.1080/00207148808409332

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lange, R., Thalbourne, MA, Houran, J. et Storm, L. (2000). L’échelle de transliminalité révisée : données de fiabilité et de validité d’une procédure de purification descendante rasch. Conscient. Conn. 9, 591–617. doi : 10.1006/ccog.2000.0472

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lifshitz, M., van Elk, M. et Luhrmann, TM (2019). Absorption et expérience spirituelle: un examen des preuves et des mécanismes potentiels. Conscient. Conn. 73:102760. doi : 10.1016/j.concog.2019.05.008

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lindahl, JR, Fisher, NE, Cooper, DJ, Rosen, RK et Britton, WB (2017). Les variétés de l’expérience contemplative: une étude à méthodes mixtes des défis liés à la méditation chez les bouddhistes occidentaux. PLoS ONE 12:e0176239. doi: 10.1371/journal.pone.0176239

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lockley, M. (2019). Éveil de la kundalini, conscience de la kundalini. J. Étude Relig. Exp. 5, 11–36. Disponible en ligne sur : https://rerc-journal.tsd.ac.uk/index.php/religiousexp/article/view/59 (consulté le 15 août 2020).

Ludwig, AM (1966). États modifiés de conscience. Cambre. Psychiatrie générale 15, 225–234. doi : 10.1001/archpsyc.1966.01730150001001

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Luhrmann, TM (2017). Diversité dans le continuum psychotique. Schizophrène. Taureau. 43, 27–31. doi : 10.1093/schbul/sbw137

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Luhrmann, TM, Nusbaum, H. et Thisted, R. (2010). L’hypothèse d’absorption : apprendre à entendre Dieu dans le christianisme évangélique. Un m. Anthropol. 112, 66–78. doi : 10.1111/j.1548-1433.2009.01197.x

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Luhrmann, TM, Weisman, K., Aulino, F., Brahinsky, JD, Dulin, JC, Dzokoto, VA, et al. (2021). Sentir la présence des dieux et des esprits à travers les cultures et les religions. Proc. Natl. Acad. Sci . États- Unis . 118:e2016649118. doi : 10.1073/pnas.2016649118

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Luc, D. (2019). “Voyages hyperspatiaux avec le lutin de vos marchandises : recherche expérimentale sur le terrain DMT”, dans Breaking Convention : The 5th International Conference on Psychedelic Consciousness , (Londres : Université de Greenwich).

Google Scholar

Luke, D., Timmerman, C., Kaelen, M. et Bell-Langford, B. (2018). « The anechoic darkroom as a psychedelic state », dans For a Partnership Society , eds H. Mirza et E. Neilson (Londres : Zabludowicz Collection) 148–157.

Google Scholar

Luke, D., Timmermann, C., Kaelen, M., Schwartman, D., Bell-Langford, B., Tollan, A., et al. (2019). “États modifiés non médicamenteux en tant qu’expériences psychédéliques”, dans Breaking Convention: The 5th International Conference on Psychedelic Consciousness , (Londres: Université de Greenwich).

Google Scholar

En ligneLukoff, D. (1985). Le diagnostic des expériences mystiques avec des caractéristiques psychotiques. J. Transpers. Psychol. 17, 155–181.

Google Scholar

Lukoff, D., et Everest, HC (1985). Les mythes de la maladie mentale. J. Transpers. Psychol. 17, 123–153.

Google Scholar

Lukoff, D., Lu, F. et Turner, R. (1998). De l’urgence spirituelle au problème spirituel : les racines transpersonnelles de la nouvelle catégorie DSM-IV. J. Humain. Psychol. 38, 21–50. doi: 10.1177/00221678980382003

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lukoff, D., Lu, FG et Turner, R. (1995). Considérations culturelles dans l’évaluation et le traitement des problèmes religieux et spirituels. Psychiatre. Clin. Amérique du Nord. 18, 467–485. doi : 10.1016/S0193-953X(18)30035-2

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Lyvers, M., et Meester, M. (2012). L’usage illicite de LSD ou de psilocybine, mais pas de MDMA ou de drogues non psychédéliques, est associé à des expériences mystiques de manière dose-dépendante. J. Drogues psychoactives 44, 410–417. doi : 10.1080/02791072.2012.736842

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

MacLean, KA, Johnson, MW et Griffiths, RR (2011). Les expériences mystiques occasionnées par l’hallucinogène psilocybine conduisent à une augmentation du domaine d’ouverture de la personnalité. J. Psychopharmacol. 25, 1453-1461. doi: 10.1177/0269881111420188

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

MacLean, KA, Leoutsakos, JMS, Johnson, MW et Griffiths, RR (2012). Analyse factorielle du questionnaire d’expérience mystique: une étude des expériences occasionnées par l’hallucinogène psilocybine. J. Sci. Étudiez Relig. 51, 721–737. doi : 10.1111/j.1468-5906.2012.01685.x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Mallinson, J. (2011). «Haṭha yoga», dans The Brill Encyclopedia of Hinduism , Vol. 3, ed KA Jacobsen (Leyde : Brill Publishers), 770–781.

Google Scholar

Manmiller, JL, Kumar, VK et Pekala, RJ (2005). Hypnotisabilité, capacité créative, styles de créativité, absorption et expérience phénoménologique pendant l’hypnose. Créer. Rés. J. 17, 9–24. doi : 10.1207/s15326934crj1701_2

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneMarshall, P. (2005). Rencontres mystiques avec le monde naturel : expériences et explications. Oxford : presse universitaire d’Oxford. doi: 10.1093/0199279438.001.0001

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Marty-Dugas, J., et Smilek, D. (2019). Concentration profonde et sans effort : réexaminer le concept de flux et explorer les relations avec l’inattention, l’absorption et la personnalité. Psychol. Rés. 83, 1760–1777. doi : 10.1007/s00426-018-1031-6

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

McClintock, CH, Lau, E. et Miller, L. (2016). Dimensions phénotypiques de la spiritualité : implications pour la santé mentale en Chine, en Inde et aux États-Unis. De face. Psychol. 7:1600. doi : 10.3389/fpsyg.2016.01600

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

McCrae, RR et Costa, PT Jr. (1983). Facteurs conjoints dans les auto-déclarations et les évaluations : névrosisme, extraversion et ouverture à l’expérience. Pers. Individ. Diff. 4, 245-255. doi : 10.1016/0191-8869(83)90146-0

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

McGee, MD (2020). Éveil et Récupération. De l’alcool. Traiter. Q.38 , 266–285. doi: 10.1080/07347324.2019.1632766

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Menezes, A., et Moreira-Almeida, A. (2010). Religion, spiritualité et psychose. Courant. Psychiatry Rep. 12, 174–179. doi : 10.1007/s11920-010-0117-7

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Miller, WR, et C’de Baca, J. (2001). Changement quantique : lorsque les épiphanies et les aperçus soudains transforment des vies ordinaires . New York, NY : Guilford Press.

Google Scholar

Mills, PJ, Peterson, CT, Pung, MA, Patel, S., Weiss, L., Wilson, KL, et al. (2018). Changement du sens de la conscience non duelle et de l’éveil spirituel en réponse à un programme de bien-être multidimensionnel. J.Altern. Complément. Méd. 24, 343–351. doi : 10.1089/acm.2017.0160

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Murphy, M., et White, RA (2011). Dans la Zone : Expérience Transcendante dans le Sport . New York, NY : Open Road Media.

Google Scholar

Naito, H., et Matsui, N. (1988). Épilepsie du lobe temporal avec état extatique critique et comportement intercritique d’hypergraphie. J. Nerv. Ment. Dis. 176, 123–124. doi : 10.1097/00005053-198802000-00010

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Neumann, E., et Campbell, J. (1964). The Mystic Vision: Papers from the Eranos Yearbooks . Princeton, NJ : Presse universitaire de Princeton.

Noorani, T., Garcia-Romeu, A., Swift, TC, Griffiths, RR et Johnson, MW (2018). Thérapie psychédélique pour le sevrage tabagique : analyse qualitative des témoignages des participants. J. Psychopharmacol. 32, 756–769. doi: 10.1177/0269881118780612

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Ogata, A., et Miyakawa, T. (1998). Expériences religieuses chez les patients épileptiques avec un accent sur les épisodes liés à l’ictus. Psychiatrie Clin. Neurosci. 52, 321–325. doi : 10.1046/j.1440-1819.1998.00397.x

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Oxman, TE, Rosenberg, SD, Schnurr, PP, Tucker, GJ et Gala, G. (1988). Le langage des états altérés. J. Nerv. Ment. Dis. 176, 401–408. doi : 10.1097/00005053-198807000-00002

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Özkara, Ç., Sarý, H., Hanoglu, L., Yeni, N., Aydogdu, I. et Özyurt, E. (2004). Baiser ictal et discours religieux chez un patient atteint d’épilepsie temporale droite. Épilep. Désordre. 6, 241–245. Disponible en ligne sur : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.886.5886&rep=rep1&type=pdf (consulté le 15 août 2020).

Résumé PubMed

Pahnke, WN et Richards, WA (1966). Implications du LSD et du mysticisme expérimental. J. Relig. Santé 5, 175–208. doi: 10.1007/BF01532646

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Parker, KR (2018). Éveil de la Kundalini : intégration des états supérieurs de conscience dans la psychothérapie. Mémoire de maîtrise, Pacifica Graduate Institute, Carpinteria, CA.

Google Scholar

Parnas, J. et Henriksen, MG (2016). Mysticisme et schizophrénie : une exploration phénoménologique de la structure de la conscience dans les troubles du spectre de la schizophrénie. Conscient. Conn. 43, 75–88. doi : 10.1016/j.concog.2016.05.010

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Parra, A. (2008). Effets des expériences spirituelles/paranormales sur la vie et le bien-être psychologique des personnes. Rév. Argent. Clín. Psychol . 17, 233. Disponible en ligne sur : https://www.proquest.com/openview/d060a505027f2828036cf576ae03e8fa/1?pqorigsite=gscholar&cbl=4380457 (consulté le 15 août 2020).

Parra, A., et Gimenez Amarilla, P. (2016). Expériences anormales/paranormales rapportées par les infirmières en relation avec leurs patients dans les hôpitaux. J. Scient. Explorateur. 31, 522–540. Disponible en ligne sur : http://www.alipsi.com.ar/investigaciones/pdf/JSE_Parra_2017.pdf (consulté le 15 août 2020).

Parry, J., Robinson, S., Watson, NJ et Neisti, M. (2007). Sport et spiritualité : une introduction . New York : Routledge. doi: 10.4324/9780203938744

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Patel, C., Marmot, MG, Terry, DJ, Carruthers, M., Hunt, B. et Patel, M. (1985). Essai de relaxation dans la réduction du risque coronarien : suivi de quatre ans. Britannique. Méd. J. 290, 1103–1106. doi : 10.1136/bmj.290.6475.1103

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Pekala, RJ, Wenger, CF et Levine, RL (1985). Différences individuelles dans l’expérience phénoménologique : états de conscience en fonction de l’absorption. J. Pers. Soc. Psychol. 48, 125–132. doi: 10.1037/0022-3514.48.1.125

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Perona-Garcelán, S., Bellido-Zanin, G., Rodríguez-Testal, JF, López-Jiménez, AM, García-Montes, JM et Ruiz-Veguilla, M. (2016). La relation entre la dépersonnalisation et l’absorption des hallucinations chez les participants psychotiques et non cliniques. Psychiatrie Res. 244, 357–362. doi : 10.1016/j.psychres.2016.08.015

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Perona-Garcelán, S., García-Montes, JM, Rodríguez-Testal, JF, Ruiz-Veguilla, M., Benítez-Hernández, MDM, López-Jiménez, AM, et al. (2013). Relation d’absorption, de dépersonnalisation et d’attention centrée sur soi chez les sujets avec et sans prédisposition aux hallucinations. Conn. Neuropsychiatrie 18, 422–436. doi : 10.1080/13546805.2012.728133

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Perry, JW (1974). La face cachée de la folie . Dallas, TX : Publications de printemps.

Google Scholar

Rader, CM et Tellegen, A. (1987). Une enquête sur la synesthésie. J. Pers. Soc. Psychol. 52, 981–987. doi: 10.1037/0022-3514.52.5.981

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Rhodes, LA, David, DC et Combs, AL (1988). Absorption et plaisir de la musique. Percevoir. Mot. Compétences 66, 737–738. doi : 10.2466/pms.1988.66.3.737

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Ring, K., et Rosing, CJ (1990). Le projet Omega: une étude empirique de la personnalité sujette aux EMI. J. Goujon proche de la mort. 8, 211-239. doi: 10.1007/BF01074276

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Rivas, TPM, Dirven, A. et Smit, RH (2016). Le soi ne meurt pas : phénomènes paranormaux vérifiés à partir d’expériences de mort imminente . Durham, Caroline du Nord : Publications IANDS.

Google Scholar

Roberts, JK et Guberman, A. (1989). Religion et épilepsie. Psychiatre. J. Univ. Ottawa 14, 282–286.

Google Scholar

Roberts, RJ (1999). « Trouble du spectre de l’épilepsie dans le contexte d’une lésion cérébrale traumatique légère », dans The Evaluation and Treatment of Mild Traumatic Brain Injury , eds NR Varney et RJ Roberts (Rode Hove : Psychology Press Limited), 209–247.

Roche, SM et McConkey, KM (1990). Absorption : nature, évaluation et corrélats. J. Pers. Soc. Psychol. 59, 9–101. doi: 10.1037/0022-3514.59.1.91

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Rocher, AJ (2009). Absorption des traits, altération du sens et perturbation de l’humeur lors d’un voyage de type chamanique : analyses des modérateurs et des effets indirects. Transpers. Psychol. Rév. 13, 64–75. doi: 10.1037/e719362011-037

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Ross, S., Bossis, A., Guss, J., Agin-Liebes, G., Malone, T., Cohen, B., et al. (2016). Réduction rapide et soutenue des symptômes après un traitement à la psilocybine pour l’anxiété et la dépression chez les patients atteints d’un cancer menaçant le pronostic vital : un essai contrôlé randomisé. J. Psychopharmacol. 30, 1165-1180. doi: 10.1177/0269881116675512

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Sanches, L. et Daniels, M. (2008). Kundalini et développement transpersonnel : élaboration d’une échelle d’éveil de la Kundalini et comparaison entre groupes. Transpers. Psychol. Rév. 12, 73–83. Disponible en ligne sur : http://transpersonalscience.org/Papers/SanchesDaniels08.pdf (consulté le 15 août 2020).

Schmid, Y., Enzler, F., Gasser, P., Grouzmann, E., Preller, KH, Vollenweider, FX, et al. (2015). Effets aigus du diéthylamide de l’acide lysergique chez des sujets sains. Biol. Psychiatrie 78, 544–553. doi : 10.1016/j.biopsych.2014.11.015

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Schmidt, TT et Prein, JC (2019). L’expérience de Ganzfeld – un état de conscience altéré inductible de manière stable: effets de différentes homogénéisations auditives. PsyCh J. 8, 66–81. doi : 10.1002/pchj.262

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneSovatsky, S. (2009). Kundalini et la maturation complète du corps animé. J. Transpers. Psychol. 41, 240–244. Disponible en ligne sur : https://www.atpweb.org/jtparchive/trps-41-09-01-001.pdf (consulté le 15 août 2020).

En ligneSovatsky, S. (2014). Intimité spirituelle avancée . Rochester, Vermont : Destiny Books.

Spanos, NP, Cross, PA, Dickson, K. et DuBreuil, SC (1993). Rencontres rapprochées: un examen des expériences OVNI. J. Abnorm. Psychol. 102, 624–632. doi : 10.1037/0021-843X.102.4.624

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

St Arnaud, KO, et Cormier, DC (2017). Psychose ou urgence spirituelle : le potentiel de la psychopathologie du développement pour le diagnostic différentiel. Int. J. Transpers. Étalon. 36, 44–59. doi : 10.24972/ijts.2017.36.2.44

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Stace, WT (1960). Mysticisme et Philosophie . New York, NY : Presse de Saint-Martin.

Google Scholar

Storm, L., et Goretzki, M. (2020). Urgence spirituelle et psi : tester l’hypothèse de l’ouverture psychique. J. Transpers. Psychol. 52, 142–162.

Google Scholar

Storm, L., et Goretzki, M. (2021). La psychologie et la parapsychologie de l’urgence spirituelle. J. Scient. Explorateur. 35, 36–64. doi: 10.31275/20211889

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Strobbe, S., Cranford, JA, Wojnar, M. et Brower, KJ (2013). L’éveil spirituel prédit une amélioration des résultats de consommation d’alcool dans un échantillon de traitement polonais. J. Addict. Infirmières. 24, 209-216. doi: 10.1097/JAN.0000000000000002

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneStuderus, E. (2013). États modifiés de conscience induits par la psilocybine : tolérance, évaluation et prédiction . Sarrebruck : Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften.

Google Scholar

Studerus, E., Gamma, A., Kometer, M. et Vollenweider, FX (2012). Prédiction de la réponse à la psilocybine chez des volontaires sains. PLoS ONE 7:e30800. doi : 10.1371/journal.pone.0030800

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Studerus, E., Gamma, A. et Vollenweider, FX (2010). Évaluation psychométrique de l’échelle d’évaluation des états modifiés de conscience (OAV). PLoS ONE 5:e12412. doi: 10.1371/journal.pone.0012412

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneTaylor, S. (2012). Expériences d’éveil spontanées : au-delà de la religion et de la pratique spirituelle. J. Transpers. Psychol. 44, 73–91.

Google Scholar

En ligneTaylor, S. (2013). Le pic au nadir : l’agitation psychologique comme déclencheur d’expériences d’éveil. Int. J. Transpers. Étalon. 32, 1–12. doi : 10.24972/ijts.2013.32.2.1

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneTaylor, S. (2015). Énergie et éveil : une interprétation psycho-sexuelle de l’éveil de la Kundalini. J. Transpers. Psychol. 47, 219–241.

Google Scholar

Taylor, S., et Egeto-Szabo, K. (2017). Exploration des expériences d’éveil : une étude des expériences d’éveil en termes de leurs déclencheurs, caractéristiques, durée et séquelles. J. Transpers. Psychol. 49, 45–65.

Google Scholar

Tellegen, A., et Atkinson, G. (1974). Ouverture aux expériences absorbantes et auto-altérantes (“absorption”), un trait lié à la susceptibilité hypnotique. J. Abnorm. Psychol. 83, 268–277. doi : 10.1037/h0036681

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Terhaar, TL (2009). Avantages évolutifs d’une expérience spirituelle intense dans la nature. J. Etude Relig Nat. Culte. 3, 303–339. doi : 10.1558/jsrnc.v3i3.303

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Terhune, DB, Luke, DP, Kaelen, M., Bolstridge, M., Feilding, A., Nutt, D., et al. (2016). Une enquête contrôlée par placebo sur des expériences de type synesthésie sous LSD. Neuropsychologie 88, 28–34. doi : 10.1016/j.neuropsychologia.2016.04.005

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Thalbourne, MA, et Fox, B. (1999). Expérience paranormale et mystique : le rôle des attaques de panique et de Kundalini. J.Amer. Soc. Psych. Rés. 93, 99-115.

Google Scholar

Timmermann, C., Roseman, L., Williams, L., Erritzoe, D., Martial, C., Cassol, H., et al. (2018). Le DMT modélise l’expérience de mort imminente. De face. Psychol. 9:1424. doi : 10.3389/fpsyg.2018.01424

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Turner, RP, Lukoff, D., Barnhouse, RT et Lu, FG (1995). Une catégorie de diagnostic culturellement sensible dans le DSM-IV. J. Nerv. Ment. Dis. 183, 435–444. doi : 10.1097/00005053-199507000-00003

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

En ligneWade, J. (2001). Cartographier les parcours des corps célestes : les variétés de l’expérience sexuelle transcendante. J. Transpers. Psychol. 32, 103–122. Disponible en ligne sur : https://www.atpweb.org/jtparchive/trps-32-00-02-103.pdf (consulté le 15 août 2020).

En ligneWade, J. (2004). Sexe transcendant : quand l’amour ouvre le voile . New York, NY : Simon et Schuster.

En ligneWhitney, E. (1998). Mania comme urgence spirituelle. Psychiatre. Servir. 49, 1547-1548. doi : 10.1176/ps.49.12.1547

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Wickramasekera, IE (2007). Caractéristiques empathiques d’absorption et d’incongruence. Amer. J.Clin. Hypno. 50, 59–69. doi : 10.1080/00029157.2007.10401598

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Wickramasekera, IE et Szlyk, JP (2003). L’empathie pourrait-elle être un prédicteur de la capacité hypnotique ? Int. J.Clin. Exp. Hypno. 51, 390–399. doi: 10.1076/iceh.51.4.390.16413

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Wild, TC, Kuiken, D. et Schopflocher, D. (1995). Le rôle de l’absorption dans l’implication expérientielle. J. Pers. Soc. Psychol. 69, 569–579. doi: 10.1037/0022-3514.69.3.569

Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Woollacott, MH, Kason, Y. et Park, RD (2020). Enquête sur la phénoménologie, la physiologie et l’impact des expériences de transformation spirituelle – l’éveil de la kundalini. Explorez 17, 1–10. doi : 10.1016/j.explore.2020.07.005

Résumé PubMed | Texte intégral de la référence croisée | Google Scholar

Zingrone, NL, Alvarado, CS et Agee, N. (2009). Corrélats psychologiques de la vision de l’aura : expériences psychiques, dissociation, absorption et expériences de type synesthésie. Aust. J.Clin. Exp. Hypno. 37, 131–168. Disponible en ligne sur : https://www.hypnosisaustralia.org.au/wpcontent/uploads/journal/AJCEH_Vol37_No2_NOV09.pdf#page=63 (consulté le 15 août 2020).

Zohar, D., et Marshall, I. (2000). SQ : Se connecter avec notre Intelligence Spirituelle . New York, NY : Bloomsbury Publishing USA.

Mots clés : spiritualité, expérience mystique, états modifiés de conscience, santé mentale, épilepsie, absorption, DMT, psilocybine

Citation : Corneille JS et Luke D (2021) Éveils spirituels spontanés : phénoménologie, états modifiés, différences individuelles et bien-être. De face. Psychol. 12:720579. doi : 10.3389/fpsyg.2021.720579

Reçu : 04 juin 2021 ; Accepté : 09 juillet 2021 ;
Publié : 19 août 2021.

Édité par:Everton Maraldi , Université catholique pontificale de São Paulo, Brésil

Revue par:Joseph Glicksohn , Université Bar-Ilan, Israël

Lance Storm , Université d’Adélaïde, Australie

Copyright © 2021 Corneille et Luc. Il s’agit d’un article en libre accès distribué sous les termes de la licence Creative Commons Attribution (CC BY) . L’utilisation, la distribution ou la reproduction dans d’autres forums est autorisée, à condition que le ou les auteurs originaux et le ou les titulaires des droits d’auteur soient crédités et que la publication originale dans cette revue soit citée, conformément à la pratique académique acceptée. Aucune utilisation, distribution ou reproduction non conforme à ces conditions n’est autorisée.

*Correspondance : Jessica Sophie Corneille, jessicacorneille@gmail.com

Avis de non-responsabilité : toutes les affirmations exprimées dans cet article sont uniquement celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de leurs organisations affiliées, ni celles de l’éditeur, des éditeurs et des réviseurs. Tout produit pouvant être évalué dans cet article ou toute réclamation pouvant être faite par son fabricant n’est ni garanti ni approuvé par l’éditeur.

Loi de UN - Johann Oriel